Le 12 décembre dernier, Conservation de la nature Canada (CNC) a reçu en don une terre qui permettra d’élargir un important corridor forestier entre Ottawa et Montréal.

La Presse

L’organisme à but non lucratif a annoncé qu’il est maintenant propriétaire de 685 hectares dans la municipalité d’Harrington, au Québec.

Le terrain, donné par John et Louise Berryman, est situé stratégiquement. À proximité d’autres propriétés de CNC, ce territoire de neuf kilomètres en rive ouest du canyon de la rivière Rouge constitue un maillon essentiel d’un vaste corridor forestier qui relie la vallée de l’Outaouais au parc national du Mont-Tremblant.

JOHN BERRYMAN

La propriété donnée par les Berryman.

Cette propriété abrite principalement des forêts de feuillus typiques des Laurentides méridionales, habitat idéal pour les grands mammifères tels que l’orignal et l’ours noir dont la présence a été observée. On y trouve également des zones humides telles que des marais et tourbières boisées, propices à la nidification et aux haltes de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs, dont le petit blongios, une espèce désignée vulnérable en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables (LEMV) du gouvernement du Québec et menacée selon la Loi sur les espèces en péril au Canada (LEP).

On observe aussi sur cette propriété des noyers cendrés, une espèce en voie de disparition en vertu de la LEP et susceptible d’être désignée comme espèce menacée ou vulnérable en vertu de la LEMV.

JOHN BERRYMAN

La propriété donnée par les Berryman.

Ce projet a été réalisé grâce à plusieurs partenaires. CNC remercie en particulier John et Louise Berryman, les propriétaires du Centre Forestier Harrington, une entité vouée à la gestion durable des forêts et à la sylviculture (Pépinière de Harrington) pour leur générosité.

La conservation de ces propriétés a aussi bénéficié du soutien financier du projet Ensemble pour la nature du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec, du Programme de conservation des zones naturelles du gouvernement du Canada, du U.S. Fish & Wildlife Service (par son North American Wetlands Conservation Act), et de la Fondation ECHO.

JOHN BERRYMAN

La propriété donnée par les Berryman.

La donation d’une partie de la propriété a été effectuée via le Programme des dons écologiques du gouvernement du Canada.

Cette acquisition permet de consolider un corridor écologique important pour la connectivité des milieux naturels. CNC travaille à mobiliser le public et les collectivités à cet enjeu grâce au programme Action-Climat Québec du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

« Ce fut un plaisir de travailler avec Conservation de la nature Canada pour protéger la diversité naturelle de cet habitat forestier unique pour le bénéfice des générations futures. Notre don nous a prodigué le sentiment de nous rendre utiles, grâce à la conservation de cet important domaine forestier riche en biodiversité, au cœur des Basses-Laurentides », a dit John Berryman, propriétaire du Centre Forestier Harrington.

JOHN BERRYMAN

La rivière Rouge.

« La protection de cette propriété permet de consolider un corridor forestier important pour le déplacement des espèces entre la rivière des Outaouais et le parc national du Mont-Tremblant. De nombreuses espèces ont besoin de ces grands espaces pour se déplacer et compléter leur cycle de vie », a dit Marie-Andrée Tougas-Tellier, chargée de projets, CNC.

« Par son soutien au projet Ensemble pour la nature, le gouvernement du Québec a voulu protéger la biodiversité dans le sud du Québec, où les activités humaines exercent les pressions les plus importantes sur les écosystèmes. En préservant des milieux naturels typiques de la région des Laurentides, l’initiative annoncée aujourd’hui s’inscrit tout à fait dans cette préoccupation, sans compter qu’elle contribue à la qualité de vie de la population et à la lutte contre les changements climatiques. Bravo à Conservation de la nature Canada pour cette nouvelle action très significative », a dit Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

JOHN BERRYMAN

La rivière Rouge.

« Avec l’aide de partenaires comme Conservation de la nature Canada ainsi que John et Louise Berryman, et par l’intermédiaire d’initiatives de conservation comme le Programme des dons écologiques, nous doublons la superficie de la nature protégée sur les terres et dans les océans du Canada. La nature est au cœur de notre identité canadienne et, en prenant dès maintenant l’initiative d’accroître la superficie des aires protégées, nous nous assurons que les Canadiens d’aujourd’hui et de demain pourront se rapprocher de la nature et profiter de ses merveilles », a dit Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique.

La protection de cette propriété fait partie d’une vaste initiative visant à conserver les corridors naturels dans la région des Laurentides méridionales et ainsi favoriser la connectivité. En effet, cette terre se situe à environ quatre kilomètres du nord-est du territoire de Kenauk-Vallée de la rivière Saumon (Kinonge), où CNC travaille depuis 2013 et protège à ce jour 6000 hectares.

CNC

La propriété donnée par les Berryman.

Chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada (CNC) œuvre à la protection de milieux naturels parmi les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de 14 millions d’hectares d’un océan à l’autre et à l’autre, dont près de 48 000 au Québec.

Le projet Ensemble pour la nature (PEPN) est une subvention de 15 millions de dollars échelonnée sur trois ans accordée à CNC par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Il vise l’établissement de partenariats financiers et l’acquisition de connaissances scientifiques pour assurer la conservation et la protection de milieux naturels en terres privées au Québec d’ici le 31 mars 2020. Il tend ainsi à créer une solidarité à l’égard des aires protégées en incitant la collectivité québécoise à poser des gestes qui visent à préserver l’environnement.

Le Programme de conservation des zones naturelles du gouvernement du Canada (PCZN) était un partenariat public-privé unique visant à accélérer la conservation des terres dans les communautés du sud du Canada. CNC et ses partenaires bonifiaient les fonds fédéraux avec des contributions de contrepartie. Les habitats conservés dans le cadre du PCZN consolident la protection des corridors naturels et d’autres aires protégées.

Le PCZN s’est terminé le 31 mars 2019. Il a été remplacé par le Programme de conservation du patrimoine naturel (PCPN), qui continue d’offrir du soutien aux aires nouvellement protégées et conservées par l’acquisition de terres privées et de droits sur celles-ci.

Le projet « Les corridors écologiques : une stratégie d’adaptation aux changements climatiques » est rendu possible grâce au programme Action-Climat Québec. La Fondation de la faune du Québec en collaboration avec le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, la Fondation Echo et la Fondation Woodcock sont également des partenaires financiers dans ce projet.