En date du 9 décembre dernier, plus de 250 000 $ ont été recueillis par Aide à l’Église en Détresse Canada (AED) pour les sinistrés du Liban. La collecte de fonds a débuté à la mi-septembre.

La Presse

Responsable de la philanthropie pour le l’AED Canada, Annie Desrosiers ne tarit pas d’éloges pour les bienfaiteurs d’un océan à l’autre. « Je suis émue de constater la générosité de chacun afin de soutenir le peuple libanais. En plus des initiatives comme celle de M. M, ce bienfaiteur qui requiert l’anonymat et qui nous a permis de recueillir 5555$ grâce à son offre de doubler les dons du Mardi je donne, le 1er décembre. Nous sommes clairement sur la bonne voie, mais nous devons continuer nos efforts ! »

Depuis l’explosion au port de Beyrouth le 4 août dernier, l’AED travaille sans relâche avec ses partenaires pour reconstruire la vie, dans ce pays durement touché non seulement par la catastrophe, mais également par une crise économique et politique sans précédent, sans compter la pandémie de la COVID-19.

PHOTO FOURNIE PAR AED

Août 2020, l’AED envoie déjà de l’aide d’urgence

Déjà, dès le mois d’août, l’AED internationale a envoyé une aide d’urgence de plus de 350 000$, à la demande de ses partenaires. Maintenant, c’est l’heure de la reconstruction. « Nous participons à l’effort des 23 bureaux nationaux de l’AED dans le monde avec lesquels nous avons promis un total de 7,25 millions de dollars pour reconstruire, rénover et redonner un souffle nouveau à la communauté chrétienne de la ville », explique Marie-Claude Lalonde, directrice nationale de l’AED. « Le quartier chrétien est littéralement collé sur le port. C’est pourquoi tant de couvents et d’églises ont été touchés, dont l’église du Saint-Sauveur, qui date de 1889. Nous allons soutenir sa rénovation. »

Une présence pour tous

Parmi les communautés religieuses qui répondent aux besoins urgents de la population, les religieuses du Saint-Rosaire sont très bien situées pour soulager la souffrance. « Leur hôpital est situé à moins de deux kilomètres du lieu de l’explosion. L’édifice a subi de lourdes pertes, tout comme leur couvent situé au 9e étage. L’AED va s’occuper de réparer le couvent, pour que les religieuses retrouvent un lieu de repos propice à retrouver leurs forces, elles qui ont une lourde tâche ces jours-ci, explique Mme Lalonde. Il faut savoir qu’au moment de la guerre civile qui s’est terminée en 1990, les religieuses ont non seulement desservi les chrétiens, mais également les musulmans. Encore aujourd’hui, elles continuent cette politique d’accueil inconditionnel, fidèles aux valeurs de l’Évangile. »

Plus que jamais, l’AED désire continuer ses efforts de soutien et de reconstruction au Liban. En cette période de l’Avent, l’AED considère qu’il est temps de soutenir le peuple libanais, unique par sa diversité et sa recherche d’harmonie sociale, au cœur du Moyen-Orient.

Aide à l’Église en Détresse (AED) est une œuvre pontificale de charité catholique internationale qui a pour mandat « le service de la charité fraternelle envers les Églises locales les plus souffrantes et nécessiteuses », par l’information, la prière et l’action. Fondée par le Père Werenfried van Straaten en 1947, elle aide spirituellement et matériellement, grâce à 23 bureaux nationaux, dont celui du Canada, l’Église en détresse dans plus de 139 pays.