La Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal (FICM) a annoncé le 5 août dernier la création de la Chaire de recherche André Chagnon en cardiopathie congénitale.

La Presse

Grâce à un don de deux millions de dollars de la société Sojecci, cette nouvelle chaire de recherche permettra de mieux comprendre l’enjeu complexe de la mort subite chez les enfants et les jeunes adultes nés avec une cardiopathie congénitale, c’est-à-dire une malformation cardiaque présente à la naissance, avec pour objectif de développer des approches novatrices en matière de prise en charge et de soins pour ces patients.

Plus précisément, elle permettra : la mise sur pied d’une cohorte provinciale de plus de 100 000 patients présentant une cardiopathie congénitale; la création de registres afin de mieux évaluer les facteurs de risques associés à ces problèmes de santé; la mise en place d’un réseau international de recherche formé d’experts de premier plan; et l’appui de plusieurs programmes porteurs d’espoir.

Parmi ceux-ci, notons le programme mené́ par le Dr Paul Khairy, cardiologue électrophysiologiste et directeur scientifique du Centre de cardiopathies congénitales adultes de l’Institut, sur la Prévention de la mort subite liée aux cardiopathies congénitales. Ce programme unique au monde étudie les arythmies chez des patients atteints de cardiopathies congénitales. L’objectif de ce programme est d’approfondir la compréhension clinique de ces arythmies cardiaques, de développer une médecine de pointe pour mieux les traiter, et de réduire le risque de mort subite. D’ici 10 ans, un tel programme pourrait en effet réduire de plus de 25% l’incidence de mort subite chez les enfants et les jeunes adultes atteints de maladies cardiaques congénitales. Rappelons que les arythmies restent la principale cause d’hospitalisation et de morbidité/mortalité chez les adultes atteints de cardiopathies congénitales.

« La recherche est d’une importance capitale pour faire progresser les connaissances sur les malformations cardiaques congénitales. Avec cette chaire de recherche, j’ai l’espoir qu’ensemble, nous pourrons donner aux enfants et aux jeunes adultes atteints de ces pathologies les meilleures chances de vivre en santé », déclare André Chagnon, président du conseil de Sojecci – Société de gestion de la famille Chagnon.

« C’est avec beaucoup de reconnaissance que nous saluons la générosité de monsieur André Chagnon. Cette nouvelle chaire reconnait la qualité et le leadership de l’Institut de Cardiologie de Montréal en santé cardiovasculaire. La chaire permettra de faire progresser les soins cliniques, la recherche et l’enseignement relatif aux cardiopathies congénitales afin de toujours mieux soigner nos patients », confie Alain Gignac, président-directeur général de la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal.

« L’Institut de Cardiologie de Montréal est un centre de référence internationale pour le traitement des cardiopathies congénitales. La nouvelle chaire de recherche nous permettra de développer notre expertise et de continuer d’accueillir des cas complexes provenant du monde entier », souligne le Dr Paul Khairy.

Les cardiopathies congénitales désignent les malformations cardiaques présentes à la naissance. De légères à sévères, elles représentent 1 % des naissances. Jusqu’à récemment, seulement un tiers de ces enfants survivaient jusqu’à l’âge adulte. Aujourd’hui, grâce aux améliorations de la chirurgie cardiaque pédiatrique et des soins prodigués aux jeunes patients, la population adulte congénitale est plus nombreuse maintenant que la population pédiatrique congénitale. Par conséquent, la gestion des patients adultes porteurs de cardiopathies congénitales est devenue une spécialité de cardiologie à part entière. Cependant, les besoins médicaux des adultes atteints de telles cardiopathies demeurent divers et complexes, nécessitant de faire progresser la recherche dans ce domaine.

Établie en 1977, la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal recueille et administre des fonds pour soutenir la réalisation des projets novateurs et prioritaires de l’Institut, et lutter contre les maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité au monde. Ses événements philanthropiques et les contributions de ses donateurs ont permis à ce chef de file en santé cardiovasculaire de devenir le plus important centre de recherche en cardiologie au pays. Depuis sa création, la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal a recueilli plus de 309 millions de dollars en dons. Ses 26 032 donateurs ont permis de faire des découvertes importantes et de soutenir les spécialistes, professionnels et chercheurs de l’Institut afin d’offrir des soins à la fine pointe de la technologie à des dizaines de milliers de patients du Québec.

Fondé en 1954, l’Institut de Cardiologie de Montréal vise constamment les plus hauts standards d’excellence dans le domaine cardiovasculaire par son leadership en recherche clinique et fondamentale, en soins ultraspécialisés, en formation des professionnels et en prévention. Il abrite le plus grand centre de recherche en cardiologie, le plus grand centre de prévention cardiovasculaire et le plus grand centre de génétique cardiovasculaire au pays. L’Institut est affilié à l’Université de Montréal et compte plus de 2000 employés, dont 245 médecins et plus de 85 chercheurs.