Alors que les effets de la pandémie se font de plus en plus sentir dans les hôpitaux québécois, des professeurs, étudiants et diplômés du Département des sciences biologiques ont joint leurs efforts, à la fin mars pour rassembler des boîtes de masques chirurgicaux, de gants et d’autres accessoires qui ont été livrés à l’hôpital Douglas pour aider le personnel de la santé dans sa lutte contre la COVID-19.

La Presse

Tout a commencé par un appel que la professeure du Département de sciences biologiques Claire Bénard avait lancé à ses étudiants lors d’une réunion de laboratoire sur Zoom. «Je cherchais une façon de faire quelque chose d’utile et j’ai proposé du matériel que j’avais à ma disposition en leur disant de me faire signe s’ils entendaient parler d’un besoin quelque part.»

Quelques jours plus tard, Marianne BahTahé, une de ses étudiantes à la maîtrise qui connaît une infirmière de l’Hôpital Douglas, lui signale que l’établissement a un urgent besoin de masques. «Même si notre gouvernement fait un très bon travail, il arrive parfois des problèmes de distribution ponctuels sur le terrain, précise la biologiste. Il s’agit d’un hôpital psychiatrique, avec des patients qui ne comprennent pas toujours les instructions de sécurité pour éviter la propagation du virus et qui arrivent avec des infections.»

Sans plus attendre, la professeure réunit les quelques boîtes de gants encore neuves qu’elle peut trouver dans son laboratoire et transmet l’appel à ses collègues. Benoit Barbeau, professeur au même Département, la met en relation avec son ancien étudiant au doctorat, Zhenlong Liu (Ph.D. biochimie, 2019), aujourd’hui en stage post-doctoral à McGill. Ce dernier, très branché sur la communauté chinoise, réussit à rassembler 20 boîtes de compresses avec alcool, 40 masques N95, 4 paires de lunettes protectrices, et 16 boîtes de gants. Le laboratoire du professeur Nicolas Pilon, également du Département des sciences biologiques, fournit aussi des boîtes de gants.

Cette collecte émanant de la communauté s’est poursuivie en parallèle avec une démarche d’inventaire de tout le matériel disponible à l’UQAM qui pourrait être utile dans l’effort pour combattre la COVID-19: gants, masques chirurgicaux, masques N-95, lunettes protectrices et produits désinfectants. Cette démarche, explique Claire Bénard, est menée par la Faculté des sciences et le Vice-rectorat à la Recherche, à la création et à la diffusion, à la demande du ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique du Canada. En plus de la vice-rectrice Catherine Mounier, la vice-doyenne à la recherche, Isabelle Marcotte, le directeur du Département de chimie, Steen Schougaard, la directrice du Département des sciences biologiques, Julie Lafond, la professeure Claire Bénard ainsi que l’agent de recherche et de planification Karl Bergeron, du Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère, font partie de ceux qui collaborent à cet inventaire.

«Le gouvernement veut savoir ce qui est disponible comme matériel, explique Claire Bénard. Au moment où il en faudra beaucoup, si on a de la difficulté à en produire ou à en acheter suffisamment, il vaut mieux que cela puisse se rendre dans les hôpitaux plutôt que de rester sur des étagères.»