La deuxième mouture de Gears of War est aussi sanglante que la première, en version solo ou en ligne. Du sang en quantité incroyable, des combats à la troisième personne presque sans arrêt.

Yves Therrien
Yves Therrien LE SOLEIL

Dans ce jeu de guerre dans un monde de science-fiction, on retrouve les mêmes personnages, Marcus Fenix et Dominic Santiago, des soldats de l'équipe Delta à la mine patibulaire, des fonceurs durs comme du roc, bien que Dom montre un coeur sensible à propos d'une femme qu'il recherche. Mais ce coup de sensiblerie est aussi étonnant dans la bouche de ce dur qu'entendre Rambo lire du Rimbaud ou du Baudelaire dans une soirée de poésie.

Côté maniabilité, les commandes sont excellentes, les graphiques sont à l'avenant bien que toute cette mer de sang qui gicle des Locustes ou des soldats humains fasse son effet horrifiant. Dans son genre, le jeu est bien fait, mais aux niveaux les plus difficiles, les monstres sont particulièrement durs à éradiquer. Les mouvements sont très fluides au point qu'on ne voit pas de coupure entre les cinématiques et la reprise du contrôle du jeu par le joueur. Et le rythme est infernal malgré le fait que Marcus et ses sbires se cachent toujours derrière des murs de ciment ou des sacs de sable pour éviter de se faire tuer à la première vague de Locustes.

Il y a une coopération entre le joueur et les compères guerriers qui s'entraident pour tuer, mais aussi pour sauver un copain blessé. Sous un feu nourri, ce n'est pas toujours évident de sauver la vie d'un compagnon d'armes. On voit rougir son image à l'écran pendant qu'il perd son sang.

Parmi les éléments nouveaux, le joueur peut se servir d'un ennemi blessé comme bouclier pour se protéger en effectuant son oeuvre de démolition. Ça sert aussi bien en mode solo que dans le jeu en ligne avec des amis ou sur les serveurs dans Internet. Lorsqu'on est à couvert, on peut aussi glisser vers un autre point de protection.

Avant de partir en guerre contre des inconnus sur des cartes en ligne, on peut pratiquer quelques techniques dans le camp d'entraînement, comme la défense d'un territoire, la mise à mort ou le bouclier, voire le rechargement éclair, qu'il vaut mieux essayer en entraînement au lieu de se démerder avec une arme enrayée au beau milieu d'une mission. Après, on peut participer à une horde en coopération avec quatre joueurs contre une multitude de Locustes.

ÉVALUATION : ****

Xbox 360. Éditeur : Epic games, Microsoft Studios. Prix suggéré : 60 $