Nombreux sont les célibataires qui se tournent vers Internet pour rencontrer l'âme sœur. Certains d'entre eux prennent les grands moyens pour se mettre en valeur...

D'après le New York Times TECHNAUTE.CA

Nombreux sont les célibataires qui se tournent vers Internet pour rencontrer l'âme sœur. Certains d'entre eux prennent les grands moyens pour se mettre en valeur...

De plus en plus de sites Internet offrent en effet aux célibataires de les aider à améliorer le profil qu'ils mettent sur le Web.

Des entreprises comme dating-profile.com, profilehelper.com et lookbetteronline.com se multiplient sur le Web.

Ces compagnies aident les internautes à la recherche de l'âme sœur à écrire leur profil, à gérer les courriels qu'ils reçoivent et à répondre adéquatement.

Un service qui a attiré Jim West, 43 ans, un ingénieur divorcé. Après avoir obtenu quelques rencontres avec les mauvaises personnes, selon ses propres dires, l'homme a fait appel à un conseiller de ProfileHelper.com.

Pour 49$ américains, il a obtenu comme conseils de poser des questions sur les profils des femmes quand il leur envoyait des courriels et de ne pas utiliser de termes trop généraux dans sa description personnelle.

Pour se décrire, Jim West utilisait les termes «heureux» et «décontracté».

«Pourquoi dire que vous êtes décontracté quand vous pouvez parler des barbecue en famille que vous aimez faire et qui vous donnent cet air décontracté? Pourquoi dire que vous êtes aventurier si vous pouvez parler de votre voyage à la Grande Muraille de Chine?», dit Eric Resnick, propriétaire de ProfileHelper.com.

Le célibataire avait également indiqué dans son profil qu'il cherchait une femme avec des couleurs de yeux et de cheveux spécifiques. Là, on lui a suggéré d'être moins précis.

Trois mois plus tard, Jim West rencontrait une femme, qu'il fréquente depuis maintenant six mois.

D'autres vont encore plus loin. C'est le cas de Marianne Kost, une mère divorcée de New York. Elle a payé 2000$ pour refaire son profil, avoir des photos professionnelles et recevoir des conseils d'Evan Marc Katz, qui possède sa propre agence.

Elle aussi s'est fait conseiller d'écrire des histoires personnelles, comme «de temps à autres, j'aime mettre du beurre d'arachide sur le museau de mon chien, juste pour le plaisir».

L'ingénieure de 49 ans dit en avoir eu pour son argent. «Ça a été merveilleux pour mon ego et j'ai eu le sentiment de pouvoir choisir parmi la crème de la crème», dit-elle.

Marianne Kost n'a pas rencontré beaucoup d'hommes en personne, car elle s'était fait conseiller d'échanger maints courriels et d'avoir des conversations au téléphone avant toute chose.

Mais après trois mois, elle a rencontré un ingénieur, qui avait aimé les photos qu'elle avait mises sur le site Web et qui avait apprécié les détails inclus sur son profil, comme le fait qu'elle aille cueillir elle-même ses fraises pour faire des confitures.

Ils planifient maintenant de se marier.

Si certains n'aiment pas embellir leur profil de peur qu'il ne reflète pas ce qu'ils sont vraiment, les agences de rencontre en ligne y voient quant à elles une nouvelle façon de faire de l'argent.

Le site Internet Match.com teste présentement un service appelé «Match Planitum», pour lequel les clients paient entre 500 et 2000$ américains pour avoir accès à un entremetteur professionnel.

«Nous avons eu un taux de réponse incroyable», dit Deborah Robertson, chargée de former des couples sur Match.com.