Le principal avocat de Google affirme que la querelle qui oppose le géant de la recherche en ligne au gouvernement chinois, sur la question de la censure d'Internet, pourrait être résolue au cours des prochaines semaines, sinon des prochains mois.

ASSOCIATED PRESS

David Drummond a révélé que Google discute actuellement avec des responsables chinois, après avoir menacé de se retirer de ce pays si le gouvernement n'allégeait pas les mesures de censure mises en place.

Il a ajouté, lundi, que Google désire demeurer en Chine et qu'il espère voir le gouvernement chinois relâcher un peu son contrôle sur le Web.

Google a menacé de se retirer de Chine quand la compagnie a découvert que des pirates informatiques s'en étaient pris aux comptes de courriel Gmail de certains militants chinois, américains et européens des droits de l'homme qui protestaient contre les politiques chinoises.

Quoi qu'il advienne, Google espère conserver en Chine un centre de recherche, une équipe de ventes publicitaires et une petite entreprise de téléphonie cellulaire.

Google affirme qu'elle n'est plus prête à censurer les résultats des recherches effectuées par les internautes chinois sur le site google.cn, comme elle le fait depuis quatre ans, mais elle veut conserver son accès aux talentueux ingénieurs de la Chine, à ses revenus publicitaires et à son marché de la téléphonie mobile.

De leur côté, les dirigeants chinois sont déterminés à contrôler le flot de l'information, mais ils comprennent qu'ils ont besoin de compagnies aussi originales et dynamiques que Google s'ils veulent que leur pays devienne un leader technologique.

Certains médias du pays, faisant fi de la position gouvernementale, ont même prévenu que le départ de Google pourrait ralentir le développement technologique de la Chine et nuire à sa croissance économique.

En raison de cette querelle avec la Chine, Google a décidé de reporter à plus tard le lancement de ses nouveaux téléphones portables au pays. La Chine compte environ 700 millions d'utilisateurs.

Le maintien sur place d'une équipe de vente est cruciale pour Google, puisque la compagnie tire la plupart de ses revenus chinois d'annonces publicitaires vendues sur google.com. L'entreprise gère aussi un réseau qui vend de l'espace publicitaire sur d'autres sites Web chinois.

Les analystes croient que les relations entre Google et les annonceurs chinois risqueraient de se détériorer si elle devait quitter la Chine, et que ceux-ci seraient susceptibles de se tourner vers des rivaux comme Baidu et Alibaba.

Google contrôle environ 35 pour cent du marché chinois, contre 60 pour cent pour Baidu.