La pandémie bouscule les habitudes des Canadiens, mais ceux-ci dépensent plus que jamais pour des biens… et bien des consoles de jeux vidéo !

Isabelle Massé Isabelle Massé
La Presse

55,4 milliards

C’est le montant des ventes au détail au Canada, en novembre 2020, en hausse de 4,2 % par rapport à novembre 2019, selon l’Enquête sur les marchandises vendues, ventes au détail de Statistique Canada. C’est le sixième mois d’affilée que le montant des ventes dépasse celui au même mois l’année précédente. En octobre, les ventes se chiffraient toutefois à 56,7 milliards de dollars. « Malgré la pandémie, les gens ont continué d’avoir relativement de bons revenus, notamment à cause des programmes gouvernementaux », note Alain Brunet, professeur associé, spécialisé en commerce de détail, de HEC Montréal.

74 %

Les Xbox Series X et PS5 ont séduit bien des Canadiens à la veille de Noël, en 2020. L’arrivée des nouveaux produits de Microsoft et de Sony, entre autres, a fait croître de 74,1 % les ventes de consoles de jeux vidéo en novembre 2020, par rapport à l’année précédente. Motivés par les rabais prolongés découlant du Vendredi fou et de Noël, les Canadiens ont aussi été nombreux à se procurer des électroménagers. Les ventes de cuisinières et de réfrigérateurs ont crû de près de 35 % en un an.

On rénove…

Les projets de rénovation ne se sont pas taris, même si les jours chauds sont de l’ordre des souvenirs. Les Canadiens continuent de dépenser significativement dans leur maison ou leur chalet. Les ventes d’outils, de produits pour la pelouse et de bois, notamment, ont été 24,7 % plus élevées en novembre 2020 qu’au même mois en 2019. « On compense le confinement, dit Alain Brunet. La pandémie influence notre style de vie. On se gâte à la maison. Et ça va continuer au printemps, du moins au Québec. On le voit, du côté des préventes de piscines. »

… et on roule en usagé

L’achat de véhicules d’occasion a augmenté de 11,9 % en novembre 2020. Parallèlement, celui des voitures neuves a diminué de 5,5 %. Faire le plein a été moins populaire également : l’achat de carburant par les consommateurs a chuté de 24,4 % en novembre 2020. « C’est le principe des vases communicants, remarque Alain Brunet. Le marché secondaire des voitures est intéressant et bien structuré. Et certaines personnes sont arrivées à la fin de leur contrat de location. En ce qui concerne l’essence, les gens restent évidemment davantage à la maison, ne voyagent plus et sont en télétravail. »