Ewool, une entreprise montréalaise, offre ce qui est probablement la meilleure veste chauffante sur le marché. La question : êtes-vous prêt à payer 500 $ pour la revêtir ?

Publié le 17 janv. 2021
Karim Benessaieh
Karim Benessaieh La Presse

On aime

Tout, dans la veste chauffante ewool, est conçu en fonction de l’ambition ultime de son concepteur, Alain Desmeules : en faire le meilleur produit du genre au monde. « Les vêtements chauffants, jusqu’à maintenant, ce sont surtout des gadgets qui ne servent à rien, affirme sans détour le PDG d’ewool. On en a fait un produit que tu peux utiliser tous les jours et qui va te garder au chaud. »

D’abord, la veste ewool dispose d’un réseau complet d’éléments chauffants qui assurent une chaleur uniforme, plutôt que de deux ou quatre plaques. Il s’agit d’un vêtement mince conçu comme une couche intermédiaire, entre un chandail et le manteau de votre choix, ce qui rend son look moins important.

Mais c’est surtout la capacité de sa pile qui la met dans une catégorie à part. La version de base que nous avons essayée peut fournir jusqu’à 70 watts au départ, puis 42 watts pendant quatre heures, et utilise du 12 volts, soit assez d’énergie pour donner une température de 55 degrés, « 10 % de plus qu’un bain-tourbillon », précise M. Desmeules. « On en donne cinq fois plus que notre plus proche concurrent. »

Ewool vend par ailleurs une pile deux fois plus puissante, pour laquelle il faut débourser 149 $ de plus. La pile s’installe dans une pochette à l’arrière de la veste, où un deuxième compartiment a été prévu pour une pile de réserve.

Cette veste sans manches est plutôt confortable, de bonne coupe, avec des segments élastiques qui la font coller plus étroitement au corps. Elle est offerte en six tailles, pour hommes et femmes. On l’allume en appuyant fermement sur un petit bouton en bas, qui scintille d’abord en rouge pour lancer la chaleur maximale, puis redescend d’un niveau pour les quatre heures suivantes. On peut également augmenter son autonomie en la réglant au niveau minimal.

La question la plus importante : garde-t-elle au chaud ? Oui, de façon incontestable, on a une belle chaleur qui se répand partout sur le tronc, de tous côtés, mais pas sur les bras, évidemment. Elle est surtout efficace quand on bouge peu par grand froid, par exemple pour un motoneigiste ou un chasseur en attente – ce sont d’ailleurs les deux catégories principales des clients d’ewool.

Pour la recharger, on dispose d’une petite prise à l’intérieur dans laquelle on branche le chargeur fourni. On voit alors le niveau de la pile monter, d’une à quatre diodes qui scintillent sur le bouton d’alimentation. On peut également en tout temps voir le niveau de la pile de cette façon.

Une autre fonction plutôt bien pensée, c’est qu’on trouve une autre prise d’alimentation dans une poche intérieure. Branchée sur la prise 12 volts d’une motoneige, par exemple, la veste n’utilise plus sa pile et ne compte que sur la charge fournie par cette prise, qui dure aussi longtemps que le véhicule est allumé.

Comme elle est classée IP67, donc résistante à l’eau et à la poussière, on peut la laver à la machine une fois la pile retirée.

On aime moins

Son prix, d’abord, de 498 $ sur le site ewool.com. « Je fais des expéditions depuis que j’ai 15 ans et j’ai fait le produit dont je rêvais sans me soucier du prix », avoue Alain Desmeules. C’est la pile et les éléments chauffants qui sont les plus coûteux.

Dommage qu’elle n’ait pas de manches, cette veste. Ewool prévoit d’ailleurs de sortir un modèle avec manches d’ici deux ans.

La grosse pile dans le dos est dérangeante quand on est adossé à un banc d’auto ou à une chaise.

Nous avons eu quelques difficultés à allumer la veste à deux occasions. Il a fallu débrancher la pile et attendre que le petit processeur redémarre.

N’oubliez pas d’éteindre votre veste après utilisation, sinon elle continuera de chauffer jusqu’à ce que sa pile soit vidée.

On achète ?

Chez ewool, on a pu dresser un portrait des clients prêts à débourser autant pour se garder au chaud : 40 % sont des motoneigistes, 30 % des chasseurs, « des activités qui ne sont pas données au départ », note M. Desmeules. Les skieurs également, qui bougent peu entre deux descentes, semblent apprécier la veste. Et plus globalement, « le grand public entre 35 et 55 ans qui a passé l’âge de geler, tous ceux qui attendent l’autobus », résume le PDG.

Est-ce que ce confort en vaut le coût ? Chose certaine, la qualité est au rendez-vous, avons-nous constaté en un mois de test. Évidemment, cette veste ne fait pas de miracle et ne réchauffe que le tronc. De bons vêtements d’hiver sont nécessaires pour le reste du corps – quoiqu’ewool prépare pour les prochains mois des gants et des chaussettes chauffants.

Fiche : veste chauffante PRO
Fabricant : ewool
Prix : 498 $
Note : 4 sur 5