(Mexico) Le président du Mexique Andres Manuel Lopez Obrador a dénoncé vendredi « la toute-puissance et l’arrogance » du patron de Facebook, Mark Zuckerberg, qui a suspendu indéfiniment les comptes Facebook et Instagram du président des États-Unis Donald Trump.

Agence France-Presse

« J’ai lu la lettre du propriétaire de Facebook et je l’ai senti plein d’arrogance en évoquant ses règles […] Qu’en est-il de la liberté et du droit à l’information ? Et du rôle des autorités légalement et légitimement constituées », a déclaré M. Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne.  

Jeudi, Mark Zuckerberg avait justifié « le blocage » des « comptes Facebook et Instagram pour une durée indéterminée et pendant au moins les deux prochaines semaines jusqu’à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée » aux États-Unis car selon lui l’utilisation par le pensionnaire de la Maison-Blanche de ses « services pendant cette période pose des risques trop grands ».

Le patron du réseau social aux 2,74 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois a dénoncé l’utilisation de sa plateforme « pour encourager une insurrection violente contre un gouvernement démocratiquement élu ».

M. Lopez Obrador avait déjà déclaré jeudi être en désaccord avec la « censure » exercée par Facebook et Twitter, les deux réseaux sociaux qui avaient bloqué les comptes de Donald Trump après l’intrusion violente mercredi de ses partisans dans le Congrès américain à Washington au cours de laquelle cinq personnes ont trouvé la mort.

PHOTO FOURNIE PAR LA PRÉSIDENCE MEXICAINE VIA AFP

Le président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador

Le compte @realDonaldTrump et ses 88 millions d’abonnés a été suspendu pendant 12 heures et Donald Trump s’est remis à tweeter jeudi soir.

Le président populiste de gauche a entretenu une relation cordiale avec Donald Trump et a été parmi les derniers dirigeants à féliciter Joe Biden pour sa victoire électorale.

Il a salué jeudi la promesse de Donald Trump d’une transition « ordonnée et sans accrocs » du pouvoir. « Je pense que c’est une bonne nouvelle », a dit M. Lopez Obrador.