(Washington) Les États-Unis ont menacé jeudi de bloquer l’accès de la compagnie contrôlée par Pékin China Telecom au marché américain, en raison de menaces pour la sécurité nationale dans un contexte de rivalité technologique entre les deux puissances.

Agence France-Presse

Les grands ministères fédéraux, comme la Défense, la Sécurité intérieure ou le Commerce, ont « recommandé à l’unanimité » que le régulateur américain des télécoms, la FCC, « révoque » l’autorisation datant de 2007 qui permet à la société chinoise d’opérer aux États-Unis, a indiqué le ministère de la Justice dans un communiqué.

Le ministère évoque « des risques significatifs et inacceptables » en matière de « sécurité nationale » et des irrégularités dans les opérations de China Telecom.  

Il cite notamment la cybersécurité et le rôle de la Chine dans les « actes malveillants » visant les États-Unis.

Washington a déjà accusé Pékin de plusieurs attaques informatiques de grande ampleur, notamment contre l’agence de crédit Equifax en 2017 et le géant de l’hôtellerie Marriott en 2018.

Le ministère s’inquiète également que China Telecom soit perméable à « l’exploitation, l’influence et au contrôle du gouvernement » chinois.

La recommandation est ainsi basée sur « la nature des opérations de China Telecom » aux États-Unis, qui selon le ministère permet aux pirates parrainés par le régime de se livrer à de l’espionnage économique et de perturber les réseaux de communications.

« La sécurité des communications de notre gouvernement et de celles des professionnels ainsi que celle de nos données les plus privées dépendent de (notre travail avec des) partenaires de confiance dans les pays qui partagent nos valeurs », a expliqué le ministre adjoint de la Justice chargé des questions de sécurité nationale, John Demers.

Mercredi, les agences de sécurité informatique américaine et britannique avaient mis en garde contre la recrudescence des attaques de pirates soutenus par des États, notamment la Chine, qui utilisent le thème du coronavirus comme appât.

China Telecom aurait aussi enfreint la loi en ne signalant pas l’endroit exact où elle stockait les données de se clients américains, selon le ministère.

En septembre 2019, deux sénateurs avaient déjà demandé à la FCC de bloquer China Telecom du marché américain, pour des raisons de sécurité nationale.

C’est la FCC qui décidera en dernier ressort, mais il est probable que la Maison-Blanche s’implique dans les discussions, alors que le président Donald Trump a mis en parenthèse la guerre commerciale et technologique qu’il livre à la Chine.

L’administration Trump veut ainsi bannir des réseaux 5G développés dans les pays occidentaux le géant chinois Huawei, leader dans cette technologie qui doit révolutionner la téléphonie mobile.

Washington soutient qu’une technologie Huawei donnerait aux services de renseignement chinois accès à des données sensibles transitant par le réseau. L’entreprise n’a cessé de démentir ces accusations.  

La recommandation intervient cinq jours après la création d’un groupe interministériel chargé d’étudier les risques de sécurité nationale posés par les sociétés de télécommunications étrangères opérant aux États-Unis.