(Bruxelles) Après Netflix, Google a annoncé vendredi la réduction de ses débits sur YouTube pour utiliser moins de réseau afin d’alléger la pression sur l’internet en Europe.

Agence France-Presse

« Suite à un entretien entre le PDG de Google, Sundar Pichai, la PDG de YouTube, Susan Wojcicki, et le commissaire Thierry Breton, nous nous sommes engagés à basculer temporairement tout le trafic dans l’UE en définition standard par défaut », a déclaré un porte-parole de Google dans un communiqué.

« Les gens viennent sur YouTube pour trouver des nouvelles qui font autorité, des contenus d’apprentissage et pour établir des liens en ces temps incertains. Bien que nous n’ayons connu que quelques pics d’utilisation, nous avons mis en place des mesures pour ajuster automatiquement notre système afin d’utiliser moins de capacité réseau », a expliqué le porte-parole.

« Nous continuerons à travailler avec les gouvernements des États membres et les opérateurs de réseau afin de réduire au minimum les contraintes imposées au système, tout en offrant une bonne expérience aux utilisateurs », a-t-il ajouté.

Netflix avait annoncé jeudi avoir pris la décision de réduire les débits sur tous ses flux en Europe pendant 30 jours.

Les dirigeants des deux grandes plateformes américaines répondent ainsi à une demande formulée par le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton.

Le responsable européen a appelé mercredi les plateformes de diffusion et les opérateurs à prendre des mesures pour alléger la pression sur l’internet, afin de faciliter le travail à distance et l’éducation en ligne durant la période de confinement imposée dans les pays d’Europe pour lutter contre la propagation de la COVID-19.

« Je salue chaleureusement l’initiative que Google a prise pour préserver le bon fonctionnement de l’internet pendant la crise COVID-19 », a déclaré Thierry Breton dans un communiqué.

Les obligations de confinement et le télétravail ont augmenté le trafic sur l’internet, avait souligné le commissaire mercredi.

M. Breton a demandé aux plateformes de diffusion en continu de « coopérer avec les fournisseurs de télécommunications pour adapter le débit de la diffusion vidéo en continu en proposant temporairement la définition standard plutôt que la haute définition, en tenant compte des heures de travail les plus critiques ».