(Paris) L’éditeur français de jeux vidéo Ubisoft a publié jeudi un chiffre d’affaires de 416,2 millions d’euros (607,2 millions de dollars) pour son exercice décalé 2019-20, en baisse de 26 % sur un an en raison du report de la sortie de plusieurs titres.

Agence France-Presse

Les réservations nettes – indicateur privilégié par le groupe – s’élevaient sur la période octobre-décembre à 455,5 millions d’euros (664,5 millions), soit un montant supérieur à l’objectif du groupe (410 millions d’euros ou 598,2 millions), qui avait toutefois été révisé à la baisse en octobre, et au consensus d’analystes compilé par Factset (415 millions d’euros ou 605,5 millions).

« Si l’année en cours est très en deçà de nos attentes initiales, le troisième trimestre fiscal a été marqué par les excellentes performances de plusieurs titres de notre catalogue, notamment Rainbow Six Siege, Assassin’s Creed Odyssey, The Crew 2, Mario Rabbids Kingdom Battle et du lancement de Just Dance 2020 », s’est réjoui le PDG d’Ubisoft Yves Guillemot, dans un communiqué.

En octobre, le groupe avait retardé la sortie de plusieurs titres majeurs (Gods & Monsters, Rainbow Six Quarantine et Watch Dogs Legion) en raison de ventes décevantes sur les deux derniers gros lancements, Ghost Reckon Breakpoint et The Division 2, des jeux de tir jugés bâclés par les critiques.

Après cette annonce, Ubisoft avait abaissé ses prévisions de chiffre d’affaires pour l’exercice en cours de 2,19 milliards d’euros (3,19 milliards) à 1,45 milliard d’euros (2,12 milliards) et son titre avait chuté de 19 % le lendemain avant de rebondir progressivement depuis.

Le groupe maintient cet objectif annuel de chiffre d’affaires, ainsi que ses perspectives à plus long terme de 2,6 milliards d’euros (3,8 milliards) pour l’exercice 2020-21, qui devrait bénéficier d’une nouvelle génération de consoles et de la sortie de cinq jeux AAA (jeux à gros budget).

Ubisoft a précisé lors d’une conférence avec des analystes avoir ajusté son calendrier de sorties, de sorte que trois de ces jeux verront le jour pendant la période de septembre à décembre tandis que deux sont prévus pour début 2021.

Les réservations nettes du groupe au troisième trimestre sont portées principalement par les investissements récurrents des joueurs (abonnements, ventes d’objets virtuels), en hausse de 7,4 %. Au quatrième trimestre, elles sont attendues « aux alentours de 333 millions d’euros (486 millions), en baisse d’environ 50 % » sur un an.

« On observe une excellente performance du ”back catalogue“ » (les jeux plus anciens), a remarqué Charles-Louis Planade, analyste jeux vidéo à Midcap Partners, interrogé par l’AFP. Notamment, « les audiences [sur les sites de streaming] d’un vieux jeu comme Tom Clancy’s Rainbox Six Siege sont excellentes et continuent de progresser : ce jeu est une vache à lait pour le groupe », a-t-il ajouté.