(Genève) Les réseaux sociaux sont devenus la première source d’information des jeunes Suisses, qui ont presque abandonné la télévision, selon le baromètre 2019 des médias publié mardi par l’Office fédéral de la communication (Ofcom).

Agence France-Presse

Pour l’ensemble de la population, la télévision reste le principal média utilisé pour se forger une opinion, suivie par la radio, la presse écrite, les médias d’information en ligne et les réseaux sociaux.

Le petit écran est en revanche très largement abandonné par les 15-29 ans.

Avec une part de 34 %, les réseaux sociaux exercent la plus grande influence sur la formation de l’opinion chez les jeunes Suisses, devant la radio (21 %), les médias d’information en ligne (18 %), la presse écrite (16 %) et la télévision (11 %).  

Cette tendance est encore plus marquée dans la partie francophone (ouest), où les réseaux sociaux représentent près de la moitié (45 %) du pouvoir d’influence sur l’opinion dans cette tranche d’âge.

L’influence des médias d’information en ligne sur la formation de l’opinion des jeunes Suisses a évolué différemment d’une région linguistique à l’autre, progressant plus fortement dans la partie italophone (sud) que dans la partie où l’on parle français, tandis qu’elle a baissé au sein des communautés germanophones.

Le Monitoring médias Suisse de l’Ofcom examine aussi la situation de la propriété et de l’actionnariat sur le marché des médias. Trois nouvelles disparitions sur le marché ont été enregistrées en 2019, contre six en 2018.  

L’Ofcom considère que la population suisse dispose toujours d’une offre de médias « suffisamment variée » pour couvrir ses besoins d’information à travers différentes sources. « Toutefois, le regroupement de rédactions ou de structures d’organisation complètes a probablement conduit à une réduction de la diversité des contenus, du moins en ce qui concerne l’information suprarégionale », indique un communiqué.