Le légendaire fabricant Shure a lancé ce mois-ci au Canada son premier casque d’écoute sans fil, l’Aonic 50, une pure merveille pour le mélomane. Mais il coûte cher et n’est pas au point pour une utilisation plus terre à terre.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

On aime

En se lançant dans le marché des casques d’écoute Bluetooth avec son Aonic 50, le fabricant américain Shure se frotte à de grosses pointures comme Sony et Bose. Et il les bat dans le domaine sans doute le plus important : la qualité sonore fournie par ce casque est tout simplement époustouflante.

Il s’agit, à notre avis et selon plusieurs critiques spécialisés dans ce domaine, de l’expérience sonore la plus jouissive offerte jusqu’à maintenant par des casques d’écoute Bluetooth. Redécouvrir Here Comes the Sun en version haute définition, avec les moindres détails du jeu de guitare de Harrison, frémir à l’envolée rock de Fix You, de Coldplay, entendre distinctement chaque instrument de la Symphonie fantastique de Berlioz sont des expériences marquantes.

Pour leur rendre justice, il faut les essayer avec de la musique haute définition, pour laquelle nous avons souscrit à un abonnement avec Tidal. L’Aonic 50 est à son mieux avec des pièces nuancées, de type jazz ou classique, et sait reproduire avec fidélité une impressionnante gamme de fréquences. Les basses sont discrètes et n’apparaissent qu’au moment opportun.

Ce qui améliore encore la qualité sonore, c’est la fonction d’annulation du bruit ambiant, qu’on peut activer ou désactiver avec un petit interrupteur sur l’écouteur droit. Cette fonction est tout à fait au point et élimine sans pitié les bruits de fond continus.

Techniquement, on a doté ce casque de toutes les fonctions dont peut rêver l’amateur de bon son : il est notamment totalement compatible aptX, tant HD que LL, ce qui signifie qu’il peut reproduire de la musique jusqu’à 32-bits/48 kHz et offrir une latence pratiquement indécelable de 40 millisecondes.

L’autonomie est d’environ 21 heures. On peut par ailleurs le brancher dans tout appareil ayant une sortie 3,5 mm ou utiliser sa prise USB-C pour la connexion directe.

Il est plutôt confortable, tout de cuir coussiné, et a fière allure avec son armature de métal. On l’allume et on l’associe en Bluetooth avec le même petit bouton, tout en bas de l’écouteur droit. Nous avons réussi sans problème une demi-douzaine de connexions avec des appareils différents.

Pour la configuration, on dispose d’une application maison, Play, qui permet notamment de régler la langue, offre une interface d’égalisation, indique le niveau de batterie et celui de l’annulation du bruit.

SAISIE D’ÉCRAN LA PRESSE

Saisie d’écran de l’application Play

On aime moins

Le micro de l’Aonic 50 n’est pas du tout satisfaisant : tous nos interlocuteurs au téléphone ou lors de vidéoconférences ont trouvé le son étouffé et peu clair.

La disposition des boutons sur l’écouteur droit nous a laissé un peu perplexe. Même après plusieurs heures d’essai, retrouver le bouton principal ou les commandes de volume est difficile et peu intuitif.

N’oubliez pas de fermer votre casque après utilisation : il ne s’éteindra pas tout seul et se videra tranquillement de sa charge.

Enfin, l’Aonic 50 est coûteux, près de 100 $ de plus que la concurrence.

On achète ?

Au prix auquel il est vendu, et vu la qualité sonore remarquable qu’il procure, l’Aonic 50 est destiné à une minorité d’utilisateurs, ceux qui sont prêts à débourser une petite somme pour de la musique haute définition, qui sont plus de type « jazz » que « hip-hop ». La grande question : est-ce que ces mélomanes veulent du Bluetooth, eux qui ne jurent que par des câbles audio de la meilleure qualité ? L’Aonic 50 démontre en tout cas qu’on peut conjuguer sans-fil et haute définition, et ne rougit pas de la comparaison avec des casques filaires haut de gamme plus conventionnels, surtout qu’il peut lui aussi être branché.

Pour l’utilisation au quotidien, écouter la télévision ou des pièces musicales de qualité standard, jouer à des jeux vidéo, nous avons trouvé que l’Aonic 50 était nettement surqualifié. Pour les conversations, par contre, il ne fait pas un bon travail. Et si vous aimez la grosse basse qui fait vibrer, ce casque d’écoute n’est pas pour vous.

Aonic 50 Fabricant : Shure
Prix : 589 $
Note : 4 sur 5