À l’instar du gouvernement du Québec et d’autres organisations dans le monde, la Ville de Laval suspend tous ses placements publicitaires sur Facebook pour marquer sa volonté que le réseau social empêche les messages haineux, racistes et discriminatoires.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Le maire Marc Demers prendra la parole à l’ouverture de la séance du conseil municipal de mardi soir pour en faire l’annonce. La décision s’appliquera pour tout le mois de juillet.

« Nous joignons donc le mouvement auquel participent plusieurs organisations partout dans le monde. Plusieurs messages haineux, racistes et discriminatoires circulent sur le réseau social et cette situation ne peut plus durer. Nous souhaitons que Facebook encadre de façon plus étroite les propos diffusés, de manière à ne plus être témoin de ce type de messages extrêmement négatifs », déclarera M. Demers dans un texte transmis aux médias.

Le boycottage lavallois appelle « au renforcement des valeurs d’inclusion et de diversité » prônées par la Ville. « J’invite les entreprises et les autres élus lavallois à joindre ce mouvement pour mettre fin à une pratique inacceptable », entend souligner Marc Demers.

Laval emboite ainsi le pas au gouvernement Legault qui, la semaine dernière, a annoncé que tous les ministères et les organismes gouvernementaux suspendent leurs publicités sur Facebook jusqu’au 31 juillet prochain.

« Par ce geste, le gouvernement du Québec souhaite démontrer l’importance qu’il accorde à la lutte contre le racisme ainsi qu’à l’accès à une information juste et de qualité. D’aucune façon le gouvernement ne tolère la circulation de messages racistes, haineux et discriminatoires », avait alors précisé le gouvernement par voie de communiqué.

Ce mouvement a démarré aux États-Unis avec notamment des associations de défense des droits civiques. Des entreprises comme Coca-Cola, Adidas et Ford ont joint leur voix au boycottage.