(San Ramon) Zoom Video Communications est en train de devenir la nouvelle mine d’or d’internet, alors que des millions de personnes affluent vers son service de conférence pour discuter avec des collègues, des amis et de la famille tout en étant confinés à leur domicile pendant la pandémie.

Michael Liedtke
Associated Press

La publication, mardi, des résultats financiers de la société encore obscure il n’y a pas si longtemps, a ouvert une fenêtre sur la croissance astronomique qui en a fait une vedette de Wall Street.

Les revenus de Zoom pour le trimestre de février à avril, le premier de son exercice, ont plus que doublé par rapport à la même période l’an dernier pour atteindre 328 millions, alors que son bénéfice s’est chiffré à 27 millions, contre seulement 198 000 $ il y a un an.

Les chiffres ont dépassé les attentes déjà augmentées des analystes, fournissant un nouvel élan à une action dont la valeur a plus que triplé jusqu’à présent cette année. Après la croissance enregistrée dans les heures qui ont précédé l’annonce très attendue de mardi, l’action de Zoom prenait un autre 3,5 % dans les transactions d’après-séance.

Cette progression confère à Zoom une valeur marchande d’environ 59 milliards — supérieure à celle des quatre plus grandes compagnies aériennes américaines ensemble, ces dernières ayant été martelées par l’épidémie de coronavirus qui a considérablement réduit les voyages.

« Nous avons été remplis d’humilité avec l’adoption accélérée de la plateforme Zoom dans le monde entier », a affirmé le chef de la direction, Eric Yuan, qui a cofondé la société il y a neuf ans.

Le boom de Zoom est survenu malgré des problèmes de confidentialité qui ont permis à des étrangers de faire des apparitions non sollicitées — et parfois grossières — lors de vidéoconférences d’autres personnes.

Les inquiétudes ont incité certaines écoles à cesser d’utiliser Zoom pour leurs cours en ligne, qui se sont généralisés depuis février, même si les efforts de l’entreprise pour améliorer la sécurité du service ont convaincu certains d’entre eux de revenir. Selon l’entreprise, plus de 100 000 écoles dans le monde utilisent désormais Zoom pour les cours en ligne.

Mais la simplicité des contrôles de confidentialité a également contribué à faire de Zoom un service extrêmement facile à utiliser, l’une des raisons pour lesquelles il est devenu un moyen si populaire d’organiser des cours en ligne, des réunions d’affaires et des cinq-à-sept virtuels après que la plupart des États ont commencé à ordonner aux gens de rester à la maison afin de réduire la propagation de la COVID-19.

Zoom propose également une version gratuite de son service, un autre facteur derrière sa popularité à un moment où environ 40 millions de personnes aux États-Unis ont perdu leur emploi depuis la mi-mars, ce qui fait craindre le pire ralentissement économique depuis la fin de la Grande Dépression des années 1930.

La société de San Jose, en Californie, a toujours tiré la majeure partie de son argent des sociétés qui souscrivent à une version plus sophistiquée de son service, traditionnellement utilisé pour les réunions d’affaires entre les employés travaillant dans des bureaux éloignés les uns des autres.

Mais la fermeture provoquée par la pandémie a transformé Zoom en un outil pour les employés qui travaillaient ensemble dans le même espace, mais sont contraints depuis quelques mois au télétravail.

À la fin avril, Zoom comptait 265 400 entreprises clientes comptant au moins 10 employés, soit plus du quadruplé par rapport à la même période l’an dernier.