Est-ce une tablette ultra-puissante ? Est-ce un portable dont on peut enlever le clavier ? C’est la Surface Pro X, un ordinateur PC léger remarquable conçu pour l’utilisateur exigeant. Son autonomie, certaines incompatibilités logicielles et son prix élevé le rendent cependant moins attirant pour le commun des mortels.

Karim Benessaieh
Karim Benessaieh La Presse

On aime

La Surface Pro X est la dernière version de la gamme d’ordinateurs portables haut de gamme de Microsoft. Il s’agit en fait d’une tablette tactile avec écran de 13’’ conçue pour être utilisée avec un clavier spécial et un stylet, vendus à part et au prix fort de 369,99 $.

Première remarque : le nouveau clavier « Signature » règle un problème que nous avions constaté avec la version précédente, qui se collait au bas de l’écran et empêchait l’accès à la barre de menus. Cette fois, le clavier peut se reculer de quelques centimètres, dévoilant un compartiment pour le stylet et libérant le bas de l’écran. Bien pensé.

La touche de ce clavier est agréable, avec un rebond suffisant pour écrire rapidement. Pour se promener sur l’écran, on a l’embarras du choix : un pavé tactile, le stylet ou tout simplement le bout du doigt remplacent la classique souris.

PHOTO FOURNIE PAR MICROSOFT

Le clavier spécial et le stylet sont vendus à part.

Une fois tout cet attirail installé, on a entre les mains un ordinateur dit « ultraportable », comme en font foi son poids sympathique de 774 g et son épaisseur de 7,3 mm. Le modèle que nous a prêté Microsoft offre 16 Go de RAM et un disque SSD de 256 Go, et utilise le processeur maison SQ1, basé sur l’architecture ARM et le premier à offrir une puissance de 3 GHz.

Tous ces termes techniques se résument à un constat évident à l’allumage, qui est pratiquement instantané : l’appareil est rapide, silencieux et agile. Entre la navigation web et le démarrage des logiciels, pour le traitement photo ou vidéo ou les conversions de fichiers, il s’agit d’un ordinateur puissant conçu pour la performance et le multitâche, comme aucune tablette iOS ou Android ne peut le faire.

Son processeur graphique Adreno 685 – un autre produit Microsoft – ne vous permettra cependant pas de lancer des jeux vidéo très exigeants. Il ne s’agit pas non plus d’un appareil pour monteurs vidéo professionnels, mais plutôt pour un utilisateur mobile qui veut avoir sous la main un bon ordinateur en tout temps.

Pour l’aider, on a intégré une carte eSIM et une entrée pour une carte nano SIM qui permettent la connexion cellulaire. L’appareil est doté de toute la panoplie de capteurs dont on peut rêver, accéléromètre, gyroscope et lumière ambiante, ainsi que de deux caméras, 5 MP à l’avant et 10 MP à l’arrière.

La reconnaissance faciale pour le déverrouillage est étonnamment efficace dans les conditions de luminosité minimale. Neuf fois sur dix, c’est de cette façon que nous avons activé l’appareil.

L’écran de 450 nits est éclatant, avec une résolution de 2880 par 1920. La Surface Pro est équipée de deux ports USB-C et son alimentation est assurée par une prise conçue par Microsoft, appelée Surface Connect.

Il s’agit évidemment d’un ordinateur équipé de Windows 10, version Famille ici, le système utilisé par une personne sur deux sur Terre et priorisé par les développeurs. Nous ne nous lancerons pas ici dans une comparaison des vertus de Windows par rapport à Mac et Linux, mais soulignons une évidence : sauf très rare exception, vous trouverez toujours une version Windows 10 de toute application, plateforme ou pilote.

On aime moins

Ça devait arriver, mais on le regrette un peu : il n’y a plus d’entrée USB-A. Sortez les adaptateurs.

L’autonomie de la batterie est théoriquement de 13 heures. Dans notre expérience, on a plutôt obtenu entre 8 heures et 10 heures, ce qui est limite pour un ordinateur promettant « une pleine journée de travail ».

L’architecture ARM utilisée pour la Surface Pro X n’est pas qu’un concept marketing, mais bel et bien une autre famille de processeurs qui peut engendrer certains problèmes de compatibilité. Nous sommes tombés à deux reprises sur un pilote qui ne voulait pas s’installer et il a fallu trouver la version compatible.

À 1199 $ comme prix de départ, mais plutôt autour de 1600 $ pour une configuration que nous estimons optimale, la Surface Pro X est coûteuse.

On achète ?

De toute évidence, la Surface Pro X est un appareil haut de gamme, un ordinateur PC puissant parfait pour l’utilisateur aguerri qui se déplace. Les petites différences logicielles entre cet ordinateur et le portable classique peuvent dérouter l’utilisateur moins habile.

À recommander, donc, mais à mettre entre les bonnes mains.

Surface Pro X

Fabricant : Microsoft

Prix : à partir de 1199 $ (8 Go, 128 Go SSD, version testée : 16 Go RAM, 256 Go SSD, 1769 $)

Note : 4,5 sur 5