Cette fois, ce n’est pas qu’un coup de marketing : côté photographie, pour un amateur de produits Apple, il y a réellement du neuf dans les trois modèles de iPhone 11 mis en vente ce vendredi matin. Caméra triple à l’arrière, autocorrection, vision de nuit, objectif ultra grand-angle et une nouvelle interface, notamment, ramènent Apple dans le peloton de tête.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Le revers de la médaille, c’est que certaines innovations ne sont pas totalement au point et se montrent capricieuses à l’usage. Précisons également que les utilisateurs de téléphones Android connaissent déjà certaines de ces « nouveautés », notamment l’ultra grand-angle et la vision de nuit.

Écran et troisième objectif

Nous avons pu tester pendant quelque 24h deux des nouveaux modèles le iPhone 11 et le iPhone 11 Pro Max, vendus respectivement à des prix de départ de 979 $ et 1519 $, pour 64 Go de stockage. Ces prix sont ceux des versions les moins chères, le Pro Max pouvant atteindre 1999 $ pour sa version 512 Go.

Qu’est-ce que le Pro Max a de plus que le iPhone 11 « standard », pour 540 $ de plus ? Essentiellement deux choses : un écran DELO de 6,5 pouces plutôt qu’un écran DEL de 6,1 pouces, et un troisième objectif à l’arrière, le téléobjectif. Il a également une résistance à l’eau deux fois supérieure, théoriquement de 4 m pendant 30 min au lieu de 2 m, un boîtier en acier inoxydable plutôt qu’en aluminium, et une pile promettant plus d’autonomie.

Pour le reste, les deux téléphones se comportent essentiellement de la même façon, la réactivité est impressionnante et la qualité de photos, tout à fait similaire, à l’exception du zoom plus limité du iPhone 11 de base. Toutes les caméras, quatre pour le Pro Max et trois pour son petit frère, offrent une résolution de 12 mégapixels.

Corriger le cadrage

Pour notre premier test, nous avons mis à l’épreuve une fonction qui nous a semblé tout à fait ahurissante lors de sa présentation : l’autocorrection. Il s’agit, en résumé, de pouvoir ajouter dans une photo le bout de tête ou la personne à moitié coupée par un mauvais cadrage. La fonction redresse également les éléments d’une photo - édifices, murs, table - s’ils ne sont pas parfaitement horizontaux.

Notons que cette fonction n’est pas activée par défaut : il faut aller dans les réglages de l’appareil photo pour qu’elle soit utilisée, une précaution d’Apple pour éviter la controverse.

Est-ce que ça fonctionne ? Oui, généralement. Il nous a été possible à une dizaine d’occasions d’aller modifier notre photo volontairement mal cadrée, et d’y ajouter le haut de la tête ou le côté de corps manquant. On voit du même coup notre iPhone redresser rapidement une photo qu’il estime mal alignée.

Le miracle derrière cette fonction est relativement facile à expliquer : quand on prend une photo avec l’objectif principal, en grand-angle, le iPhone utilise secrètement l’ultra grand-angle pour élargir le cadre. On voit d’ailleurs, quand on prend une photo, une zone grisée hors du cadre que l’ultra grand-angle peut saisir.

Pourtant, à plusieurs reprises, nous n’avons jamais pu ajouter le bout de tête manquant, sans trop comprendre pourquoi. On nous a expliqué chez Apple que ce processus peut parfois prendre quelques minutes et qu’il était à son meilleur quand la luminosité était bonne. Chose certaine, il ne fonctionne pas à tout coup.

Caméras en action

Cette fonction est possible par une autre innovation, l’ultra grand-angle, un objectif qui permet un champ de vision de 120 degrés. On peut rapidement constater son effet grâce à l’interface modifiée de l’appareil photo : au bas du cadre, trois cercles apparaissent, avec les chiffres 0,5, 1x et 2. Ils correspondent à chacun des trois objectifs arrière de l’iPhone Pro Max. En appuyant sur 0,5, on active l’ultra grand-angle qui permet un dézoomage. Nous avons pris trois photos du même endroit qui donnent une bonne idée des possibilités de ces trois objectifs.

PHOTO KARIM BENESSAIEH, LA PRESSE

PHOTO KARIM BENESSAIEH, LA PRESSE

PHOTO KARIM BENESSAIEH, LA PRESSE

Plus d’un an après bien des produits Android, Apple a également intégré à l’appareil photo un mode de vision de nuit. Il s’active automatiquement quand la luminosité est faible et que le flash est désactivé. On explique chez Apple avoir tenu à ce que les photos de nuit ainsi obtenues soient « réalistes », avec de vraies couleurs sans gonfler artificiellement la luminosité.

Les résultats de nos essais sont mitigés. À l’intérieur avec une faible lumière, nous avons effectivement obtenu des photos étonnantes sans flash. En pleine nuit à l’extérieur, par contre, on obtenait des photos d’une qualité médiocre. Pas de miracle, ici.

PHOTO KARIM BENESSAIEH, LA PRESSE

PHOTO KARIM BENESSAIEH, LA PRESSE

iPhone 11 ou Pro Max ?

Enfin, nous nous sommes bien amusés avec la fonction d’enregistrement au ralenti avec la caméra avant, ce qu’Apple a baptisé « slofie » (« égoportrait lent »). La fonction peut sembler un peu bébête, mais elle illustre les capacités de cette caméra avant pouvant réaliser des vidéos HD 1080 p à 120 images par seconde. C’était impensable il n’y a pas si longtemps.

Le verdict : les iPhone 11 et 11 Pro Max ont été dotés de nouvelles fonctions très intéressantes, notamment l’ultra grand-angle et de l’autocorrection. Rien de totalement révolutionnaire, mais des ajouts à l’écosystème Apple qui vont plaire aux propriétaires de iPhone. Quelques petites retouches et ajustements et leur bonheur devrait être complet.

Vaut-il mieux opter pour le iPhone 11 ou son coûteux grand frère ? Payer 540 $ de plus pour un écran un peu plus grand et lumineux, et un téléobjectif nous semble un peu exagéré. Le iPhone 11, en ce sens, est un retour bienvenu sous la barre de 1000 $ et offre clairement un meilleur rapport qualité-prix que le Pro Max. Les deux, de toute évidence, sont de superbes téléphones.

Fiche : iPhone 11 et iPhone 11 Pro Max

Fabricant : Apple

Prix (modèles de base 64 Go) : 979 $ et 1519 $

Notes : 5 étoiles (iPhone 11) et 4,5 étoiles (iPhone 11 Pro Max)