Des gardiens plus futés sur les retours, des défenseurs qui n’abandonnent plus aussi facilement, des lancers frappés repris de vedettes, et pour contrôler tout ce beau monde, des entraîneurs qui ont un réel impact.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Ce sont quelques-unes des dizaines de nouveautés de NHL 20 concoctées par le studio de Vancouver d’EA Sports, qui arrive sur les tablettes et dans les consoles ce vendredi matin.

PHOTO EA SPORTS

Connor McDavid dans NHL 20

Détailler ici la liste des ajouts à cette édition d’un classique qui fête son 26e anniversaire serait fastidieux. Résumons un peu : alors que NHL 19 était marqué par la personnalisation qu’on pouvait apporter à ses joueurs sur la glace, on s’est plutôt concentré cette année à rendre le jeu « plus intelligent », ont résumé le mois dernier les responsables d’EA lors d’une rencontre avec les médias montréalais.

L’art du retour

Premier constat : les couleurs criardes de l’an dernier, avec un jaune dominant, ont été remplacées par un doux violet. Même la musique nous a semblé moins tonitruante, ce qui est appréciable.

Les premiers joueurs à profiter d’une intelligence accrue, ce sont les défenseurs. Une fois déjoués, ils ne sont plus complètement hors du jeu et continuent de suivre le porteur de la rondelle. Quant aux gardiens, les gens d’EA Sports ont voulu corriger leur faiblesse sur les retours. Ceux-ci sont redirigés plus intelligemment, soit avec leurs jambières et bloqueur, soit carrément en faisant une passe à leur coéquipier le mieux placé.

Les petits détails

PHOTO EA SPORTS

Mais ce sont les attaquants qui ont eu droit au traitement le plus complexe. On a ainsi enregistré et programmé les lancers frappés de 45 joueurs étoiles de la Ligue nationale. Le seul représentant du Canadien, en passant, est Shea Weber. Toujours sur le même sujet, il n’y a qu’un représentant de la Sainte-Flanelle qu’on a jugé digne de figurer parmi les 50 meilleurs joueurs : Carey Price, qui se retrouve en dixième position.

Mais revenons aux lancers personnalisés. Chacune de ces vedettes a une façon bien précise de lever son bâton, de toucher la glace plus ou moins tôt avant l’impact, et de bouger le corps, tous ces petits détails qu’on a introduits dans NHL 20. Évidemment, comme le savent les joueurs vidéo depuis des décennies, chaque hockeyeur sur la glace a des caractéristiques de rapidité, de précision, de puissance et d’endurance qui sont également reproduites.

Changements visibles… ou subtils

Mais les amateurs qui se font un plaisir de gérer leur franchise auront une surprise supplémentaire : les entraîneurs ont maintenant leurs forces et leurs faiblesses, peuvent être échangés et influencent le rendement de leur équipe. On voit ainsi, sur une fiche, le style de l’entraîneur, son salaire, ses capacités de communication. Encore plus subtil, l’entraîneur a une influence directe sur ses joueurs, leur moral et la cohésion de l’équipe.

La grande question, maintenant : est-ce que ça change quelque chose à la mécanique de jeu ? Clairement, le fait que les défenseurs ne se laissent plus sortir aussi facilement du jeu est notable, tout comme la capacité des gardiens à mieux gérer leurs retours et leurs arrêts. La personnalisation des lancers frappés, honnêtement, ne nous a pas sauté aux yeux, ne connaissant pas dans le fin détail la technique de chacune des vedettes de la ligue.

De toute évidence, comme nous l’ont souligné les gens d’EA Sports, les commentateurs ont enregistré plus d’expressions et leurs remarques sont nettement moins répétitives. Ah oui, petit détail, les statistiques et le pointage apparaissent maintenant au bas de l’écran, une position qu’on trouvait plus logique.

ONES local

Quant aux entraîneurs, encore une fois, l’influence est subtile et difficile à évaluer. Nous en avons congédié quelques-uns, obtenu une amélioration du moral de nos joueurs de deux ou trois points, gagné ou perdu sans pouvoir dire que notre équipe avait réellement changé. C’est le genre de verdict qui pourra être rendu dans quelques semaines quand des centaines de milliers de joueurs vidéo auront fait l’expérience.

Autre nouveauté notable, les affrontements du mode ONES, qui permettait de jouer en ligne avec d’autres amateurs, est maintenant disponible en mode local. Un nouveau mode de compétition, Eliminator, permet d’organiser des tournois dans les modes ONES et NHL THREES.

De toute évidence, la mouture 2020 de ce classique d’EA Sports ne décevra pas ses inconditionnels, qui y trouveront de nombreuses améliorations. Il faut tout de même préciser que le nouveau venu, lui, risque de se sentir perdu dans cette fanfare de dizaines des modes de jeu, dont certains très complexes. Heureusement, on a prévu des écrans d’accueil simplifiés dans lesquels n’apparaissent que les modes les plus utilisés. Et il est toujours possible, si on ne veut pas fouiner trop loin, de simplement lancer une partie rapidement en trois ou quatre clics.

Un bon cru, assurément.

NHL 20

PHOTO EA SPORTS

Développeur : EA Sports

Pour PS4 et Xbox One (essayé sur PS4)

En vente à partir du 13 septembre

Prix : 79,99 $ (édition standard) et 129,99 $ (édition Ultimate)