• Accueil > 
  • Affaires > 
  • Techno 
  • > Plateforme en ligne Stadia : jouer grâce à l'infonuagique pour 169 $ 
Source ID:2b44f75cadf23526b8198484502a5d04; App Source:StoryBuilder

Plateforme en ligne Stadia : jouer grâce à l'infonuagique pour 169 $

Majd Bakar, vice-président ingénierie chez Google, a présenté... (PHOTO JOSH EDELSON, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Majd Bakar, vice-président ingénierie chez Google, a présenté la plateforme Stadia le 19 mars dernier lors de la conférence Game Developers au Moscone Center de San Francisco.

PHOTO JOSH EDELSON, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Une manette, une rondelle de 6 cm appelée Chromecast Ultra et un téléviseur : c'est tout ce qu'il faudra pour accéder aux jeux vidéo, même les plus exigeants, sur la plateforme en ligne Stadia dont Google a dévoilé les détails ce matin.

« On aimerait que plus de personnes aient accès aux jeux vidéo, nous voulons réduire la barrière d'entrée pour toucher aux jeux haut de gamme », a expliqué, lors d'une entrevue en français, Majd Bakar, vice-président ingénierie chez Google.

Cette « barrière » sera chiffrée ce matin. Pour 169 $, le joueur peut précommander à partir d'aujourd'hui un ensemble appelé « Édition Fondateur » comprenant notamment la manette conçue pour Stadia, un Chromecast Ultra, le jeu Destiny 2 et trois mois d'abonnement. Il s'agira au début de la seule manière d'accéder à Stadia. Le service sera lancé en novembre prochain dans 14 pays, dont le Canada.

Signe que le géant des moteurs de recherche a su convaincre les grands studios, même s'il risque de chambarder leur industrie, Stadia disposera d'un catalogue de 31 jeux à acheter dès son lancement. Il s'agit dans tous les cas de ce qu'on appelle des AAA, des jeux dont la production se chiffre en dizaines de millions de dollars et qui sont très gourmands en puissance de calcul. Ubisoft a ainsi adapté six jeux, dont Assassin's Creed Odyssey et The Division 2, tout comme Bethesda et son DOOM 2016, ainsi que Square Enix avec trois éditions de Tomb Raider. Le catalogue sera rapidement étoffé, assure M. Bakar. « Tous les jeux peuvent aller sur Stadia, il n'y a aucune contrainte. »

Tout dans l'infonuagique

L'abonnement à Stadia ressemble sur bien des aspects à celui offert par les deux grandes consoles, soit PS Plus et Xbox Live Gold. La différence marquante, c'est que l'abonné à Stadia n'a aucune console et se connecte en infonuagique à ses jeux. Google offrira deux formules, la plus complète étant Stadia Pro, qui coûtera 11,99 $ par mois. Le joueur a alors accès à des jeux en qualité 4K et 60 ips, certains accessibles sans frais supplémentaires à tous les abonnés, les plus récents devant être achetés. Ces achats resteront accessibles même si le joueur abandonne son abonnement Stadia Pro.

L'autre formule, Stadia Base, est gratuite, mais la qualité visuelle est limitée à la HD, soit 1080 p. Le joueur n'a pas accès au catalogue de jeux « gratuits » de Stadia Pro mais peut les acheter et les conserver dans son compte. Cette formule ne sera pas offerte avant 2020.

Dans les deux cas, on exige une capacité minimale de téléchargement de 10 Mbps en aval (download), et de 1 Mbps en amont (upload). Pour profiter de l'expérience la plus complète, en 4K avec son ambiophonique 5.1, une capacité de 35 Mbps est nécessaire. « Notre technologie de streaming s'adapte à votre connexion », précise le vice-président ingénierie.

S'il faudra nécessairement avoir son Chromecast et sa manette Stadia au début, on promet à partir de 2020 que tout ordinateur sur lequel le navigateur Chrome a été installé pourra accéder à la plateforme. Les téléphones Pixel 3 et 3a, ainsi que les tablettes Pixel Slate, pourront également être utilisés. « D'autres appareils s'ajouteront au fur et à mesure, précise M. Bakar. Notre vision dans le futur, c'est que n'importe quel écran pourra diffuser les jeux. »

Le vice-président rappelle par ailleurs que la plateforme infonuagique offre une puissance de calcul qu'aucun ordinateur domestique ou console ne pourra jamais atteindre, ce qui permet aux développeurs de créer des jeux plus sophistiqués. « Ça donne une élasticité de ressources qui va leur permettre de créer des jeux incroyables. Par exemple, des jeux où on retrouve 10 000 joueurs en même temps et où le rendu est infini. »

Une manette, une rondelle de 6 cm appelée Chromecast... (PHOTO FOURNIE PAR GOOGLE) - image 2.0

Agrandir

Une manette, une rondelle de 6 cm appelée Chromecast Ultra et un téléviseur : c'est tout ce qu'il faudra pour accéder aux jeux vidéo, même les plus exigeants, sur la plateforme en ligne Stadia dont Google dévoilera les détails ce matin.

PHOTO FOURNIE PAR GOOGLE

Défis et scepticisme

Le principal défi technique est d'assurer aux joueurs une expérience fluide, sans interruption, avec des délais de réaction imperceptibles alors que tout est en infonuagique. Google affirme avoir réussi à bâtir une architecture qui assure cette expérience. On introduit notamment une « latence négative », une façon de prévoir les actions du joueur qui donne une longueur d'avance au jeu, explique M. Bakar. Cette méthode peut être utilisée pour les jeux très riches comme Assassin's Creed, moins réactifs. Mais peut-on vraiment envisager de jouer en infonuagique avec des jeux hypervitaminés, comme Call of Duty ? Bien des experts ont fait part de leur scepticisme sur des sites spécialisés. Même si l'infrastructure de Google tient le coup, l'instabilité de la connexion internet pourrait venir brouiller les cartes. Majd Bakar, lui, est catégorique : « Les tests l'ont démontré, il n'y a aucune différence de latence entre Stadia et une Xbox One X ».




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer