Les raisons invoquées pour écarter Micro Logic, un des seuls acteurs québécois en infonuagique, de l’appel d’offres de Québec sont « complètement bidon » et « n’ont rien à voir avec la sécurité », dénonce le député libéral Gaétan Barrette.

Karim benessaieh
La Presse

En entrevue avec La Presse, le porte-parole de l’opposition officielle dans ce dossier a enjoint au gouvernement Legault de faire preuve de souplesse. Micro Logic, de Québec, sera écartée du processus d’impartition des centres de données gouvernementaux puisqu’elle n’a pas obtenu à temps une certification jugée indispensable par Québec.

« C’est une question purement administrative, le ministre a le pouvoir de régler ça », estime M. Barrette. Il rappelle que le gouvernement a déjà modifié l’appel d’offres, qui devait se terminer le 13 mai, pour finalement le prolonger jusqu’au 10 juin.