(New York) Le site américain d’informations à sensation Gawker, qui avait dû déposer le bilan en 2016 suite à une lourde sanction financière pour la publication d’une vidéo d’ébats sexuels, retente l’aventure avec un nouveau propriétaire.

Agence France-Presse

Le groupe Bustle Digital a indiqué mercredi avoir recruté d’anciens contributeurs et éditeurs pour relancer le site, qui avait dû mettre la clé sous la porte après avoir été condamné à verser 140 millions de dollars au célèbre lutteur Hulk Hogan.

L’affaire avait divisé les médias et défenseurs de la liberté d’expression quand il avait été révélé que le milliardaire de la Silicon Valley Peter Thiel, dont Gawker avait révélé l’homosexualité sans son accord, avait financé la défense d’Hulk Hogan.

Les parties avaient finalement trouvé un accord prévoyant 31 millions de dollars pour M. Hogan et une partie des actifs de Gawker Media cédée aux enchères dans une procédure de faillite.

Le groupe de télévision hispanophone Univision avait acquis plusieurs sites du groupe dont Deadspin et Gizmodo, tandis que le site principal Gawker a été racheté en 2018 par le propriétaire de Bustle, Bryan Goldberg.

Les rênes de la nouvelle formule ont été confiés à Leah Finnegan, qui avait travaillé à Gawker en 2014 et 2015.

Dans un message sur le site, elle explique avoir longtemps hésité.

« Qui donc voudrait devenir l’éditrice d’un site web qui a été écrasé par un seigneur maléfique de la tech et entaché par une relance bâclée ? », demande-t-elle, Bustle Digital ayant déjà tenté de remettre le site en route en 2019.

« Le nom même de Gawker était toxique mais aussi étrangement vénéré ; une combinaison insoluble », remarque-t-elle.

« J’ai pensé à quel point cela me manquait de rire en surfant sur l’internet », écrit Leah Finnegan, disant se rappeler à quel point Gawker avait pu la divertir.

Le site était régulièrement critiqué pour sa couverture sans scrupule des célébrités, comme quand il avait diffusé une vidéo de Hulk Hogan en train d’avoir une relation sexuelle avec la femme d’un de ses amis, ce qui avait précipité sa chute.

Mais cette affaire avait aussi fait grincer des dents, soulevant des questions sur la capacité de riches personnalités à utiliser leur argent pour réduire un média au silence.