(New York) Le magnat américain des médias Sumner Redstone, qui a transformé la chaîne de cinémas familiale en un empire comprenant Viacom et CBS avant de se retrouver englué dans une bataille de succession digne d’un feuilleton, est décédé à l’âge de 97 ans.  

Juliette MICHEL
Agence France-Presse

Sa société de portefeuille familiale National Amusements ainsi que ViacomCBS ont précisé mercredi, dans des communiqués, que M. Redstone, à la santé déclinante et à l’apparence déjà frêle depuis plusieurs années, était mort mardi soir.  

Il était resté président des conseils d’administration de CBS et Viacom jusqu’en 2016, quand il avait passé la main sur fond d’une lutte de pouvoir entre sa famille, actionnaire majoritaire, et les dirigeants de ces entreprises.

Ces deux groupes sont regroupés depuis fin 2019 dans une société gérant les chaînes de télévision CBS, MTV, Comedy Central, Nickelodeon ou Showtime, les studios Paramount, producteur de Titanic, Forrest Gump ou encore de la saga Transformers, ainsi que la maison d’édition Simon & Schuster.  

La nouvelle société figure avec Disney, Time Warner ou 21st Century Fox parmi les légendes de la télévision et du cinéma.  

« Le contenu est roi »

Né Sumner Murray Rothstein le 27 mai 1923 à Boston, il était diplômé de l’Université Harvard et a servi dans les services de renseignements de l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Le nom de la famille, d’origine juive, a été changé en Redstone en 1940.

Il rejoint en 1954 une société créée par son père, qu’il rebaptise National Amusements et entreprend de transformer en l’un des plus gros exploitants des États-Unis, contribuant notamment à populariser les multiplexes.

Il se fait ensuite un nom dans la production à Hollywood, qui le récompensera en 2012 avec une étoile sur son célèbre Boulevard. Sa maxime, « le contenu est roi », devenue celle de tout le secteur des médias, motive des investissements dans des studios hollywoodiens dès les années 1970, mais surtout les acquisitions agressives qui façonnent son empire dans les deux décennies suivantes.

Après avoir survécu miraculeusement à un incendie dans un hôtel à Boston en 1979, il mène en effet dans les années 1980 et 1990 des batailles mémorables pour prendre le contrôle des studios de cinéma Paramount, ainsi que des groupes de télévision Viacom et CBS.

Sa fortune était estimée par le magazine Forbes à environ 3 milliards de dollars.  

S’il vantait régulièrement sa vitalité et sa pratique sportive quotidienne dans ses interviews, Sumner Redstone a toujours gardé des séquelles des graves brûlures subies lors de cet incendie, évènement souvent cité comme exemplaire de sa détermination.

Dans sa biographie publiée en 2001, A passion to win, il racontait comment il avait survécu en s’accrochant à l’appui extérieur d’une fenêtre du troisième étage malgré les flammes qui dévoraient sa main et son bras, puis les soixante heures d’opérations pour des autogreffes de peau et les mois d’hôpital nécessaires avant de pouvoir remarcher.

Marié et divorcé deux fois, Sumner Redstone avait deux enfants : Brent, avec qui il a coupé les ponts en 2007, et Shari.

Aux côtés de son père, cette dernière avait mené la fronde contre les dirigeants de Viacom et CBS entre 2016 et 2018 et poussé pour un regroupement des deux sociétés. Elle est actuellement présidente non exécutive du conseil d’administration de ViacomCBS.

Mais elle a aussi été accusée de bloquer l’accès à son père pour mieux le manipuler.  

Keryn Redstone, petite-fille du milliardaire, avait notamment affirmé en 2016 que sa tante et sa famille avaient « réussi à totalement isoler (son) grand-père et à le kidnapper, lui faire subir un lavage de cerveau, et tirer profit de lui en raison de l’état de faiblesse de son esprit et de sa santé fragile ».

Une ex-compagne du magnat, Manuela Herzer, avait aussi tenté de contester son éviction en 2015 avec des arguments similaires, décrivant alors Sumner Redstone comme un « fantôme vivant ».

Le directeur général de ViacomCBS, Bob Bakish, a salué mercredi « un brillant visionnaire, opérateur et négociateur, qui a transformé à lui seul une société familiale de cinéma en un portefeuille mondial de médias ».