(New York) Le New York Times a fait état mercredi d’une forte hausse de ses abonnements en ligne, dont les recettes dépassent pour la première fois celles du papier sur un trimestre, et qui l’ont aidé à faire face à l’importante chute de ses revenus publicitaires au deuxième trimestre.

Agence France-Presse

Les revenus des abonnements ont augmenté de 8,4 %, et représentent désormais plus de 70 % des recettes du journal.

Le groupe a choisi de faire des abonnements numériques le premier moteur de croissance et de revenus du New York Times, la publicité n’étant plus qu’un complément.

Et « pour la première fois de notre histoire, les recettes issues du numérique ont dépassé les recettes du papier, une étape clé dans la transformation du New York Times », a déclaré le PDG Mark Thompson.

Entre avril et juin, 669 000 abonnements numériques ont été souscrits. Cela porte à 5,7 millions le nombre d’abonnés à la version numérique du journal, et 6,5 millions d’abonnés au total, en ligne avec l’objectif de 10 millions.

Cela n’a toutefois pas suffi à compenser la baisse des revenus publicitaires, déjà en berne avant la pandémie, mais qui ont été lourdement affectés par la crise économique liée à la COVID-19 et ont plongé de 44 % sur le trimestre.

C’est toutefois moins que les 50 à 55 % de baisse des revenus publicitaires qui étaient attendus par le groupe.

Résultat : le chiffre d’affaires a plongé de 7,5 % à 404 millions de dollars.

Et le bénéfice net a chuté de 6 %, à 23,7 millions de dollars, au deuxième trimestre, par rapport à la même période l’an passé.

Le PDG a toutefois salué la hausse des abonnements.

« Nous avons prouvé qu’il était possible de créer un cercle vertueux dans lequel un investissement dans un journalisme de haute qualité entraîne un engagement profond du public, qui à son tour stimule la croissance des revenus et la capacité d’investissement », a-t-il déclaré.

« C’est pour cela que notre rédaction grossit quand tant d’autres sont réduites », a-t-il ajouté.

Le New York Times a annoncé en juillet avoir trouvé une successeure à Mark Thompson, en fonction depuis 2012 : Meredith Kopit Levien, 49 ans, deviendra PDG le 8 septembre.

Passée par les magazines The Atantic et Forbes avant de rejoindre le New York Times en 2013, elle a largement contribué au virage vers le numérique et au développement du modèle payant en ligne, qui s’avère être un succès.

« Je vais céder les rênes le 8 septembre à Meredith Kopit Levien, avec toute confiance dans le fait que le Times continuera à montrer la voie pour que les gens paient pour des informations justes et vérifiées, et qu’il existe un avenir durable pour un journalisme de terrain », a déclaré Mark Thompson.