Transaction importante au petit écran québécois : Bell achète la chaîne de télé généraliste V.

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

Alors que les géants américains comme Netflix bouleversent le petit écran, Bell tente de faire l’acquisition d’une chaîne généraliste francophone (la chaîne V) afin de rivaliser avec le Groupe TVA, qui possède depuis longtemps une chaîne généraliste (TVA).  

Avant de faire l’acquisition de V, Bell devra toutefois convaincre le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications, qui doit approuver la transaction.

Bell devra être convaincant devant les autorités réglementaires : l’entreprise est déjà le plus important propriétaire de chaînes de télé spécialisées au Québec, mais elle n’a pas de chaîne généraliste, qui attire généralement de plus grands auditoires.  

Bell a annoncé ce matin une entente avec le Groupe V Média pour acheter la chaîne généraliste V, le principal actif du Groupe V Média, ainsi que son service de vidéo sur demande Noovo.ca. Le Groupe V Média garde toutefois ses deux chaînes de télé spécialisées MAX et ELLE Fictions (qui remplacera MusiquePlus), qui ne font pas partie de la transaction. Bell et le Groupe V Média n’ont pas dévoilé le montant de la transaction.

PHOTO DARREN GOLDSTEIN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Il aurait été difficile pour Bell de convaincre les autorités réglementaires de faire l’acquisition de MAX et ELLE Fictions : en 2018, le CRTC a refusé à Bell l’achat de deux chaînes spécialisées de Corus, Historia et Séries+, pour des raisons de concurrence.

« À la suite de l’annonce d’aujourd’hui, Bell Média accueille une chaîne généraliste de langue française dans son portefeuille, créant ainsi de nouvelles opportunités pour les téléspectateurs, les annonceurs et les créateurs de contenu au Québec. Malgré les défis de notre industrie, nous sommes heureux d’offrir de nouvelles opportunités à la chaîne V grâce aux conseils et à l’expertise de nos équipes de direction, de programmation et de production engagées et expérimentées basées à Montréal. Nous avons hâte de poursuivre le travail avec la communauté de production francophone du Québec afin d’offrir une programmation riche et originale sur V. Nous tenons également à saluer Maxime Rémillard et son équipe pour leur travail et pour avoir amené le Groupe V où il est aujourd’hui. Nous les remercions également de faire confiance à Bell Média pour assurer la pérennité du réseau », a indiqué, Karine Moses, présidente, Bell Média, Québec, par voie de communiqué.

« Après 10 ans à avoir assuré le succès de V comme chaîne généraliste indépendante, je suis fier d’avoir trouvé en Bell Média un partenaire pour assurer la continuité de ce succès. L’industrie dans laquelle nous évoluons est en constante, profonde et rapide mutation. C’était vrai à l’époque où nous avons repris les rênes de TQS et avons permis la survie du réseau ; ce l’est d’autant plus aujourd’hui. Alors qu’il est de plus en plus difficile d’assurer la pérennité d’une chaîne généraliste au sein d’un groupe non intégré, j’ai pris la meilleure décision pour l’avenir de V. Bell Média saura certainement permettre à V de continuer d’évoluer et de rejoindre massivement le public québécois », a indiqué Maxime Rémillard, président et fondateur, Groupe V Média, par voie de communiqué.

La famille Rémillard avait acheté la chaîne généraliste TQS en 2008 alors que la chaîne de télé était en faillite. Auparavant, la chaîne généraliste TQS avait été la propriété de Cogeco. Sous la direction de la famille Rémillard, TQS a été rebaptisée V.

Bell et le Groupe TVA sont de loin les deux joueurs les plus importants au petit écran au Québec. Le printemps dernier, leur rivalité a monté d’un cran alors que le Groupe TVA a retiré le signal de TVA Sports aux abonnés télé de Bell pour le début des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey. Bell est allée devant les tribunaux et le CRTC, qui ont forcé TVA à remettre le signal de TVA Sports. Les deux entreprises se poursuivent toujours en cour relativement à cet épisode.