(Toronto) Les stocks de Canadian Tire sont plus élevés que d’habitude après un démarrage tardif des ventes estivales et des livraisons précoces de produits saisonniers d’automne et d’hiver.

Mis à jour le 11 août
Brett Bundale La Presse Canadienne

La société avait des stocks de marchandises supplémentaires de 465,6 millions à la fin de son dernier trimestre, soit une augmentation d’environ 18 % par rapport à la même période l’an dernier.

Ces surplus font craindre que le géant canadien de la vente au détail ne se retrouve dans une situation similaire à celle des détaillants américains qui ont dû vendre leurs articles en solde pour écouler leurs stocks excédentaires.

Pour sa part, le président et chef de la direction, Greg Hicks, s’est dit satisfait de la capacité de l’entreprise à gérer les stocks « surtout compte tenu de ce que nous voyons avec les grands détaillants au sud de la frontière ».

« Nous sommes satisfaits de nos niveaux de stocks et ne voyons aucun risque significatif pour nos marges ou quant à la nécessité de recourir aux soldes pour liquider les stocks », a-t-il déclaré jeudi lors d’un appel pour discuter des résultats du deuxième trimestre.

La hausse des stocks de marchandises à la fin juin s’explique en partie par un début de printemps plus tardif cette année, a déclaré M. Hicks. La société a enregistré « un bon roulement de ses produits en juillet une fois que le temps plus chaud est enfin arrivé », a-t-il ajouté.

Les niveaux des stocks reflètent également l’expédition de plus de 260 millions de marchandises pour les saisons d’automne et d’hiver, que la société a commandées tôt pour assurer un minimum de perturbations de la chaîne d’approvisionnement, a déclaré le dirigeant.

Pourtant, TJ Flood, président de Groupe détail Canadian Tire, a déclaré que les franchisés trouvent que leurs magasins « sont un peu plus garnis dans quelques catégories de printemps et d’été et… souhaiteraient probablement avoir moins de vélos et de kayaks ».

Il a déclaré, toutefois, que la baisse des ventes d’articles comme les vélos, les kayaks et les planches à bras avait été compensée par les ventes des articles de plomberie et d’entretien automobile.

Canadian Tire a dévoilé un bénéfice inférieur au deuxième trimestre par rapport à la même période il y a un an.

Le détaillant a déclaré que son bénéfice net attribuable aux actionnaires s’élevait à 145,2 millions ou 2,43 $ par action pour le trimestre, en baisse par rapport à 223,6 millions, ou 3,64 $ par action, un an plus tôt.

Canadian Tire affirme que les ventes au détail ont augmenté de 9,9 % et que les ventes comparables, excluant le carburant, ont augmenté de 5,0 %. Les ventes au détail de l’enseigne SportChek ont augmenté de 0,6 % alors que les ventes comparables ont augmenté de 4,1 %, et les ventes au détail de l’enseigne L’Équipeur ont augmenté de 21,1 % tandis que les ventes comparables ont augmenté de 20,9 %.

Canadian Tire affirme avoir gagné un bénéfice normalisé dilué par action de 3,11 $, en baisse par rapport à un bénéfice normalisé de 3,72 $ un an plus tôt.

La société affirme que la performance du segment de vente au détail de l’entreprise reste nettement supérieure au niveau d’avant la pandémie sur une base normalisée. Par contre, la hausse des dépenses, y compris l’effet de conversion de devises, a entraîné une baisse des bénéfices au deuxième trimestre par rapport à l’année précédente.

Canadian Tire a attribué la progression de 15 % de ses revenus de services financiers, stimulés par la croissance des débiteurs et la croissance des ventes de cartes de crédit, à l’augmentation de l’activité des clients et de l’acquisition de nouveaux comptes.

Irene Nattel, analyste chez RBC Marchés des capitaux, juge que le « trimestre désordonné » de Canadian Tire masquait une « solide performance fondamentale ».

Elle souligne que les tendances demeuraient favorables à la demande pour Canadian Tire tandis que ses enseignes génèrent une forte croissance, malgré les perturbations de la chaîne d’approvisionnement.