L’entreprise GSoft a mis sur pied une plateforme pour favoriser l’accueil virtuel des recrues

Publié le 22 janvier
Isabelle Massé
Isabelle Massé La Presse

La pandémie et l’officialisation du télétravail ont donné de nouveaux défis aux gestionnaires en matière d’accueil et d’intégration de nouveaux employés dans leurs équipes. Par désir d’humaniser le processus, GSoft lance la plateforme Softstart.

« On a bâti un produit touchant à un enjeu qui s’est amplifié avec la pandémie », explique Simon De Baene, PDG et cofondateur de GSoft, entreprise conceptrice de la plateforme d’engagement Officevibe. « Chez les entreprises technos, par exemple, la croissance est rapide. C’est facile de se retrouver avec beaucoup de nouvelles personnes. »

Comment alors présenter aux recrues les collègues, spécialistes et clients et faciliter les liens ? Quoi faire pour qu’elles se sentent rapidement chez elles ? « À cause de la pandémie, l’expérience employé n’a pas eu le choix de changer, dit Simon De Baene. On n’accueille plus les employés comme avant. On a été contraints de repenser leur onboarding [intégration]. GSoft a donc voulu bâtir un produit qui va combler les besoins autrement. »

Quand tu te joins à une entreprise, tu veux connaître les gens, avoir des alliés. On veut créer une expérience qui favorise ça. On a misé beaucoup sur la facilité de rassembler et de faire partager de l’information, des vidéos.

Simon De Baene, PDG de GSoft

Une fois qu’ils ont l’outil en main, le service des ressources humaines d’une entreprise et les gestionnaires peuvent le mettre à leur goût, le personnaliser. « Présentement, on est chacun chez soi, constate Simon De Baene. La seule différence d’environnement, c’est notre écran. J’ose croire qu’on peut très bien intégrer l’employé, qu’il dise “nous” et non plus “vous” très rapidement grâce à cet outil. Il faut de l’engagement dès la première journée de la part de l’employé. Rater [cet objectif] finit rarement bien. »

CAPTURE D’ÉCRAN FOURNIE PAR GSOFT

Il est possible de mettre la plateforme Softstart à son goût, de personnaliser l’outil.

« Formule gagnante »

Le PDG parle en connaissance de cause. Depuis août, GSoft – qui utilisait auparavant la plateforme d’intégration Trello – est devenue une entreprise de travail à distance (remote work). Et depuis près de deux ans, la direction a embauché 138 personnes. « Le bureau demeure ouvert pour ceux qui auront envie d’y aller, dit Simon De Baene. C’est une manière de montrer l’exemple, car le monde du travail s’en va vers ça. On a longtemps eu le bureau comme centre de notre culture. Mais le télétravail amène plus de flexibilité et de responsabilisation. Un autre avantage de fonctionner ainsi est qu’on peut embaucher des personnes ailleurs. C’est une formule gagnante pour moi. »

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Bureaux de GSoft, à Montréal

Lancée officieusement en novembre dernier, la plateforme Softstart a déjà trouvé 20 preneurs au Canada et aux États-Unis. Il en coûte actuellement 600 $ par an pour avoir accès à l’outil. GSoft, qui a investi 1 million de dollars dans ce produit, compte revoir son tarif bientôt, des fonctionnalités ayant été ajoutées en cours de route.

« Le monde bouge plus vite qu’avant, fait observer Simon De Baene. Quitter une entreprise après deux, trois ans est courant. On est donc voués à faire face à un problème – l’intégration – qui n’a pas de fin. Il faut tirer le meilleur de cette étape. Déjà que c’est difficile d’embaucher quelqu’un. Il faut lui créer des connexions pour qu’il fasse partie de l’équipe dès qu’il arrive. Quand tu réussis cette étape, tu te donnes un levier. »

Consultez le site de Softstart