(Rome) La compagnie aérienne allemande Lufthansa devrait prendre une participation de 40 % dans la compagnie nationale italienne ITA Airways, a rapporté samedi le journal italien Il Foglio, suggérant que l’accord pourrait être annoncé la semaine prochaine.  

Publié le 22 janvier
Agence France-Presse

Un porte-parole d’ITA, compagnie aérienne formée à partir des cendres d’Alitalia, déficitaire, a refusé de commenter, mais a déclaré qu’un plan stratégique serait présenté à son conseil d’administration le 31  janvier.

Le porte-parole a ajouté qu’une « data room », lieu sécurisé pour stocker des documents financiers clés, souvent pour permettre les vérifications d’usage avant une fusion ou une acquisition, serait ouverte « dans les jours qui viennent ».  

Selon Il Foglio, Lufthansa va acheter 40 % de ITA via un accord qui entend faire de l’aéroport Fiumicino de Rome une plaque tournante pour les vols directs vers l’Afrique et une partie de ceux à destinations américaines.  

Le journal a précisé que l’accord devra être approuvé par la Commission européenne.  

Alitalia avait été placée sous administration publique en 2017, mais l’Italie avait ensuite eu du mal à trouver un investisseur pour la reprendre.  

La situation a été exacerbée par la pandémie de coronavirus qui a cloué au sol les compagnies aériennes du monde entier.  

Lufthansa avait longtemps été présentée comme un partenaire potentiel, mais une tentative de sauvetage avait échoué au début de 2020.  

La compagnie allemande a refusé de commenter le rapport d’Il Foglio. Elle avait déclaré en novembre avoir fini de rembourser un renflouement de 9  milliards d’euros (12 milliards CAN) du gouvernement de son pays, qui l’a sauvé de la faillite au plus fort des restrictions de voyage liées à la pandémie.  

Le gouvernement allemand est tenu de revendre d’ici octobre 2023 la participation qu’il avait prise dans Lufthansa dans le cadre de l’accord de sauvetage, avait ajouté la même source. Cette participation est déjà passée de 20 à 14 %.