(Berlin) Le géant allemand de la réassurance Munich Re a fait état mardi d’un doublement de son bénéfice net sur un an au troisième trimestre, malgré les effets de la pandémie de COVID-19 et le coût élevé des catastrophes naturelles.

Agence France-Presse

De juillet à septembre, Munich Re a enregistré un résultat de 400 millions d’euros, contre 200 millions d’euros à la même période en 2020, en pleine pandémie, a-t-il indiqué dans un communiqué de résultat préliminaire.

Cette publication avant l’heure tient au fait que le bénéfice annoncé dépasse sensiblement les prévisions du consensus d’analystes, qui tablaient sur une perte de 10 millions d’euros.

Les résultats ont été néanmoins été affectés par plusieurs catastrophes naturelles, notamment les inondations en Europe cet été, qui ont coûté 600 millions d’euros.

De vastes crues, inédites depuis des décennies, ont ravagé l’Allemagne et la Belgique en juillet, faisant plus de 200 morts et des milliards d’euros de dégâts.

Le groupe, dont le cœur de métier est d’épauler les assureurs contre les risques qu’ils encourent, a également souffert fin août de l’ouragan Ida, aux États-Unis, qui lui a coûté 1,2 milliard d’euros.

Malgré ces handicaps, Munich Re garde ses prévisions de bénéfice net pour l’année en cours, tablant sur un gain de 2,8 milliards d’euros.

Le groupe allemand avait dégagé un bénéfice net de 1,21 milliard d’euros en 2020, plombé par la pandémie de COVID-19, qui lui a coûté 3,4 milliards d’euros.

Cette prévision « prend en compte des pertes plus élevées que prévu liées à la pandémie », pour sa division de réassurance vie et santé, a-t-il toutefois indiqué.

Le groupe renonce en revanche à ses objectifs de résultats techniques (différence entre revenus et charges) de 400 millions d’euros.

Depuis janvier, l’entreprise a enregistré un résultat net de 2,1 milliards d’euros.

Munich Re publiera le 9 novembre ses résultats définitifs du troisième trimestre.