(Toronto) BCE a affiché jeudi un bénéfice en hausse au deuxième trimestre, grâce à l’ajout de nouveaux clients et à l’amélioration des résultats des segments qui ont été touchés par la pandémie de COVID-19.

La Presse Canadienne

La société mère de Bell Canada et des groupes médiatiques incluant les réseaux de télévision Noovo, RDS et CTV a réalisé un bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de 685 millions, ou 76 cents par action, en hausse par rapport à celui de 237 millions, ou 26 cents par action, de la même période un an plus tôt.

Les revenus se sont établis à 5,7 milliards, alors qu’ils s’étaient chiffrés à presque 5,4 milliards un an plus tôt.

Le chiffre d’affaires global a grimpé de 6,4 % à 5,7 milliards de dollars, contre près de 5,4 milliards de dollars au trimestre de l’année précédente.

BCE a fait état de l’ajout net de 115 906 abonnés à services sans fil utilisant des téléphones mobiles et des appareils mobiles connectés, des services internet et des services de télévision IP de détail, un chiffre en hausse de 75 % par rapport à l’an dernier.

La division Bell Média de l’entreprise a vu ses revenus augmenter de 30,4 % à 755 millions, les annonceurs étant revenus sur ses plateformes de télévision, de radio, d’affichage et de médias numériques, après le ralentissement de l’an dernier. Elle a aussi enregistré une hausse des produits tirés des frais d’abonnement.

Le segment pourrait connaître un nouvel élan à mesure que davantage de personnes retournent au bureau, a observé le chef de la direction de BCE, Mirko Bibic, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes.

« Alors que les entreprises retournent au bureau, d’une manière ou d’une autre, dans les mois à venir, cela va être de bon augure pour le retour de la publicité radio et de la publicité extérieure. »

Cependant, la société cherchera à tirer profit de ses actifs et son contenu en ligne pour augmenter les revenus publicitaires numériques à l’avenir, a indiqué M. Bibic.

« La croissance réelle va provenir de notre pivot axé sur le numérique, et c’est vraiment excitant, l’équipe s’y applique également, parce que s’emparer d’une plus grande part des dépenses de publicité numérique témoignera d’une croissance potentielle importante au cours des trimestres et des années à venir. »

Sur une base ajustée, le bénéfice net a avancé de 31 % à 751 millions, soit 83 cents par action, comparativement à celui de 573 millions, ou 63 cents par action, du deuxième trimestre de 2020.

Les analystes s’attendaient à ce que le géant des télécommunications réalise un profit ajusté par action de 78 cents, à partir de revenus de 5,73 milliards, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.