(Washington) Le groupe américain de produits d’hygiène et ménagers Colgate-Palmolive a affiché vendredi des ventes en croissance au deuxième trimestre et un bénéfice conforme aux prévisions, mais prévoit que les coûts élevés vont continuer le reste de l’année.

Agence France-Presse

Grâce à des hausses de prix, mais aussi de volumes, les ventes du groupe ont grimpé de 5 % pour un chiffre d’affaires de 4,26 milliards de dollars contre 4,24 milliards prévus par les analystes.  

Le bénéfice net ressort à 703 milliards de dollars contre 635 millions un an avant. Ajusté par action, il s’établit à 80 cents, comme prévu.

« Nous sommes heureux que notre forte dynamique de croissance se soit poursuivie au 2e trimestre, alors même que nous avons évolué dans un environnement marqué par une forte volatilité », a déclaré Noel Wallace, PDG du groupe de produits de grande consommation, dans un communiqué.  

Il a noté que cette performance avait été réalisée « malgré des vents contraires importants concernant les matières premières et les coûts logistiques ».

« Cet environnement difficile sur le plan des coûts va se poursuivre au second semestre », a-t-il averti faisant référence à l’inflation provoquée par les ruptures et les goulets d’étranglement dans la chaîne d’approvisionnement.

Le dirigeant a aussi insisté sur « les incertitudes liées à la pandémie de COVID-19 » alors que le variant Delta fait de nouveau progresser les contaminations dans le monde et sur « la volatilité de la demande des consommateurs ». Sans compter l’influence des devises pour ce groupe mondial qui réalise l’essentiel de ses vente à l’étranger.

Pour l’ensemble de 2021, Colgate-Palmolive prévoit un déclin de son bénéfice opérationnel, une hausse de ses dépenses de publicité et une modération de la croissance de son bénéfice net par action, qui restera à un seul chiffre.  

Entre avril et juin, ce sont les marchés latino-américain, européen et africain qui ont tiré la croissance du groupe.

Aux États-Unis, qui représentent un cinquième du marché de l’entreprise, les ventes de Colgate-Palmolive ont reculé de 4 %. Le géant des dentifrices a ainsi vu sa part de marché dans ce produit se réduire à 34,2 % contre 39,3 %.

Les prix en revanche ont grimpé de 4 % aux États-Unis alors qu’ils ont reculé de 2 % en Europe où les ventes ont fait un bond de 15 %.

En Amérique latine, où le groupe réalise 21 % de ses ventes, celles-ci ont grimpé de 12,5 % associées à une hausse de 6 % des prix.

Avant l’ouverture de Wall Street, le titre Colgate-Palmolive perdait 1,27 % dans les échanges électroniques.