(Montréal) Air Canada a beau leur devoir des milliards de dollars en billets annulés en raison de la pandémie de COVID-19, ses clients sont moins pressés que prévu à réclamer leur dû alors qu’il ne leur reste que quelques semaines pour se prévaloir de cette modalité de l’entente de 5,9 milliards conclue avec Ottawa il y a près d’un mois.

Michel Saba La Presse Canadienne

« Nous sommes un peu surpris », a admis vendredi Amos Kazzaz, le vice-président général et chef des affaires financières d’Air Canada, en réponse à un analyste financier.

« Le décollage a été beaucoup plus lent que prévu malgré toute la couverture médiatique que nous avons vue, a-t-il ajouté. Nous continuons de communiquer activement avec nos clients, de façon proactive, pour le leur rappeler s’ils ont des billets qui sont admissibles pour des remboursements. »

M. Kazzaz n’a pas précisé la valeur des billets remboursés jusqu’à présent et le service des communications du transporteur n’a pas fourni cette donnée dans une réponse à une question de La Presse Canadienne.

2,3 milliards en ventes de billets

En février dernier, l’entreprise avait indiqué qu’elle conservait 2,3 milliards en ventes de billets à son plus récent trimestre.

Le plus important transporteur aérien au pays ne crédite pas automatiquement ses clients dont elle retenait les fonds, mais réclame plutôt qu’ils formulent une demande pour obtenir le remboursement.

Et le temps presse. Les voyageurs ont jusqu’au 12 juin pour faire la demande en ligne ou auprès d’une agence de voyage si nécessaire.

Ottawa a convenu le 12 avril d’un plan d’aide pouvant atteindre 5,9 milliards avec Air Canada, qui prévoit notamment un prêt de 1,4 milliard pour le remboursement des billets et le rétablissement des liaisons régionales annulées.

Il y a près d’une semaine, le gouvernement fédéral avait également annoncé avoir conclu une entente avec Transat A. T. permettant au voyagiste d’emprunter jusqu’à 700 millions d’Ottawa afin de rembourser ses clients dont les vols ont été annulés.