(Montréal) Le brasseur Molson Coors fait le pari que la forte demande accumulée pour les événements sportifs et les spectacles, ainsi que la croissance du commerce électronique, stimuleront ses ventes de bière une fois que l’économie rouvrira après la pandémie.

Mis à jour le 11 févr. 2021
La Presse Canadienne

L’expansion de l’entreprise au-delà de « l’allée de la bière » à l’épicerie a aussi dressé la table pour sa croissance future, a souligné jeudi son président et chef de la direction, Gavin Hattersley.

« Lorsque le (marché) événementiel va être prêt à rouvrir, je crois que nous allons voir une forte demande accumulée de la part des consommateurs », a-t-il indiqué aux analystes lors d’une conférence téléphonique.

« L’autre changement dans les comportements que nous avons évidemment connu en 2020 est la croissance des ventes du commerce électronique », a-t-il affirmé. « Plusieurs amateurs de boissons alcoolisées ne réalisaient pas qu’ils pouvaient acheter de la bière en ligne et maintenant, ils le savent. »

Molson Coors a vu ses ventes en ligne grimper en flèche – une tendance qui devrait rester, a prédit M. Hattersley.

Le brasseur a fait état jeudi d’une perte nette de 1,37 milliard US pour son plus récent trimestre, alors que les amphithéâtres sportifs et les salles de spectacle où il vend ses boissons étaient fermés en raison de la pandémie.

La société a précisé que sa perte du quatrième trimestre se comparait à un bénéfice net de 163,7 millions US pour le même trimestre un an plus tôt.

M. Hattersley a souligné que 2020 avait été une année incroyablement difficile, mais que l’entreprise avait été chanceuse.

« Le plan de revitalisation annoncé en octobre 2019 a bien positionné notre entreprise pour faire face aux tempêtes de 2020 », a-t-il fait valoir.

« Nous avons pris de l’expansion au-delà de l’allée de la bière et préparé notre division de la croissance émergente pour que ses activités génèrent des revenus de 1 milliard d’ici 2023. »

Selon M. Hattersley, la société a été capable d’atteindre ses objectifs malgré les difficultés occasionnées par la pandémie de COVID-19.

« Le fait est que notre plan fonctionne », a-t-il ajouté. « Si on tient compte de ce que nous avons réussi à faire dans le cadre de notre plan de revitalisation, et de ce que nous avons affronté au cours de l’année, nous avons accompli une quantité incroyable de choses en 2020 et cela nous a fourni un excellent tremplin pour 2021. »

La perte par action atteignait 6,32 $ US pour le trimestre clos le 31 décembre, comparativement à un profit par action de 75 cents US un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un profit de 83 cents US par action, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Les ventes du trimestre ont reculé à 2,2 milliards US, alors qu’elles avaient été de 2,4 milliards US lors de la même période un an plus tôt.

Pour l’ensemble de l’exercice, Molson Coors a réalisé une perte de 949 millions US, par rapport à un bénéfice de 241 millions US lors de l’exercice précédent.

L’action de Molson Coors a perdu jeudi 5,10 $, soit 8,2 %, à la Bourse de Toronto, où elle a clôturé à 57,40 $.