(San Francisco) Une coalition de syndicats américains appelle les régulateurs à enquêter sur les « pratiques anticoncurrentielles » d’Amazon, le géant du commerce en ligne qu’ils accusent de faire baisser les salaires et de favoriser ses propres produits sur sa plateforme.

Agence France-Presse

« Les multiples rôles d’Amazon en tant que place de marché, vendeur et fournisseur de logistique et de nuage informatique facilitent ses pratiques anticoncurrentielles, sources de profits, et sa prédominance lui permet de réduire le choix des salariés, des consommateurs, des marchands et des concurrents », argumente la coalition.

Les cinq syndicats, qui disent représenter 5,3 millions de travailleurs dans tous les secteurs de l’économie, ont remis jeudi leur pétition à l’agence fédérale chargée de la protection des consommateurs et de la concurrence (FTC).

« Les pétitionnaires appellent les autorités comme la FTC à protéger les salariés des pouvoirs débridés d’employeurs de plus en plus gros et de moins en moins nombreux », écrivent les syndicats.

Ils voudraient aussi que les régulateurs aident les PME présentes sur les plateformes à travailler dans des conditions plus équitables.

Amazon est régulièrement accusé par ses concurrents et détracteurs d’abuser de sa double position — à la fois arbitre et joueur — sur sa plateforme de commerce électronique où ses produits sont vendus aux côtés de ceux des entreprises indépendantes.  

La coalition souhaite que la FTC détermine notamment si Amazon exerce un contrôle direct ou indirect des prix sur ses plateformes, s’il met en avant ses produits dans les résultats de recherche et s’il utilise les données collectées sur les consommateurs comme un avantage compétitif.

Les mêmes craintes existent pour le département nuage informatique de la firme de Seattle.  

Amazon Web Services (AWS) domine en effet le marché des services d’informatique à distance. Les cabinets d’études lui prêtent entre 30 et 50 % de parts de marché du nuage public mondial.

Le groupe dirigé par l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, est déjà dans le collimateur des autorités fédérales,  tout comme d’autres grands groupes technologiques (Apple, Google, Facebook…).

PHOTO KATHERINE TAYLOR, ARCHIVES REUTERS

Le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos

Le département américain de la Justice a lancé fin juillet une vaste enquête sur d’éventuelles pratiques anticoncurrentielles des géants de la Silicon Valley.

Quant à la FTC, elle a récemment sommé ces entreprises de fournir des informations et des documents relatifs à leurs transactions effectuées entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2019, pour examiner d’éventuelles pratiques anticoncurrentielles.

Amazon n’a pas répondu à une requête de l’AFP.