La montréalaise Logibec est à nouveau contrôlée par des intérêts québécois. Le principal fournisseur de logiciels de gestion du réseau de la santé au Québec est racheté par Novacap et Investissement Québec.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Logibec était dans le giron de la firme privée d’investissement américaine GI Partners depuis 2015. La valeur de la transaction n’est pas dévoilée, mais elle s’approche du demi-milliard de dollars, selon nos informations.

Fondée en 1982 par l’entrepreneur Claude Roy, qui a par la suite dirigé Mediagrif (aujourd’hui mdf commerce), Logibec avait fait le saut à la Bourse de Montréal en 1986, puis à la Bourse de Toronto en 2003. Son capital avait été fermé en 2010 après un rachat par le Régime de retraite des employés municipaux de l’Ontario (OMERS) pour un peu plus de 230 millions.

OMERS a par la suite extrait la division américaine MatrixCare pour céder Logibec et ses activités canadiennes à GI Partners il y a cinq ans.

GI arrivait à la fin de son horizon d’investissement et avait sondé le marché avant la pandémie afin de connaître le niveau d’intérêt pour Logibec. Le processus de vente a été mis sur pause au printemps et pour une partie de l’été en raison de la crise sanitaire. Il a été relancé en août, et la transaction vient tout juste d’être signée, a appris La Presse.

Une « belle opportunité »

« C’est une belle opportunité de ramener Logibec à des actionnaires québécois compte tenu de son importance stratégique dans le réseau de la santé », commente Éric Desrosiers, associé principal chez Novacap.

« On savait qu’il y avait des petits trésors chez Logibec en termes de solutions en santé. Un élément-clé pour nous est de prendre ces petits trésors et de les exporter dans d’autres pays qui ont des modèles similaires à celui du Canada. La plateforme pour les ressources humaines en est un exemple », ajoute-t-il.

« La gestion de la paye et des horaires est un sujet très important pour nos infirmières et autres travailleurs de la santé », dit le PDG de Logibec, Marc Brunet.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Marc Brunet, PDG de Logibec

« Les mêmes enjeux existent dans d’autres pays, d’où l’intérêt d’amener ça à l’international. Plus de 300 000 travailleurs de la santé au pays sont payés par nos solutions, dont 200 000 au Québec », précise-t-il.

Les solutions de Logibec (approvisionnement, capital humain, performance, etc.) sont utilisées dans le but d’améliorer l’efficacité des hôpitaux. Tous les établissements publics du secteur de la santé sont clients de Logibec au Québec, indique Marc Brunet.

Le PDG soutient compter sur plus de 400 clients au pays, ce qui se traduit par des milliers d’établissements abonnés aux solutions de Logibec et à leurs mises à jour. Plus de 80 % de leurs revenus sont récurrents, dit-il.

Le chiffre d’affaires, essentiellement généré au Canada, atteint actuellement 88 millions. Il se compare à 35 millions il y a 10 ans. L’effectif de Logibec s’élève à 430 employés, dont environ 300 à Montréal et une cinquantaine à Québec.

Novacap réalise l’acquisition de Logibec avec l’appui d’Investissement Québec, qui devient un important actionnaire minoritaire. Il n’a cependant pas été possible de connaître la somme injectée par Investissement Québec pour appuyer la transaction.

La croissance par acquisitions permet de proposer toujours plus de solutions aux clients et continuera de faire partie du modèle d’affaires de Logibec. L’entreprise en a réalisé six depuis dix ans, dont celle d’AnalysisWorks – une firme de Vancouver – il y a trois mois.

Les prochaines années seront importantes pour le rayonnement international de Logibec, qui ne compte qu’une poignée de clients à l’extérieur du pays. L’entreprise n’a qu’un seul véritable client aux États-Unis et vient de signer avec ses premiers clients en France. Marc Brunet dit par ailleurs être en discussions au sujet d’un « important » contrat avec les dirigeants d’un réseau privé de 75 hôpitaux en Asie. « Les propriétaires veulent amener plus d’efficience dans les opérations et mieux comprendre leurs patients. Ce n’est que le début de notre expansion internationale », dit-il.

Si le développement se poursuit comme l’envisage Novacap, il est fort possible qu’on assiste au retour en Bourse de Logibec à court ou à moyen terme.