L’acquisition de Convenience Retail Asia (BVI) Limited (Circle K HK) par Couche-Tard n’est qu’une « première étape d’un long parcours » dans la région, a affirmé Brian Hannasch, son PDG, en entrevue avec La Presse.

Antoine Trussart
Antoine Trussart La Presse

Avec cet achat évalué à 470 millions de dollars canadiens annoncé mercredi, Couche-Tard devient propriétaire de 340 magasins de l’enseigne Circle K à Hong Kong en plus d’être responsable de 33 magasins franchisés à Macao.

« On achète pour pouvoir avoir une base et se développer à Hong Kong et dans d’autres pays en Asie. C’est la même stratégie qu’on a appliquée en Europe et aux États-Unis », précise Alain Bouchard, fondateur et président exécutif du conseil.

L’acquisition de Circle K HK transforme donc les magasins franchisés en propriétés de Couche-Tard. Les 33 succursales de Macao restent franchisés, car Circle K HK avait le droit de franchiser le développement de magasins à d’autres entreprises qui restent indépendantes. Couche-Tard prévoit ouvrir « des dizaines » de dépanneurs à Hong Kong même, en suivant un plan de développement mis sur pied par les anciens propriétaires, selon M. Bouchard.

Depuis 2012, Couche-Tard est déjà présent sur le marché asiatique par l’entremise de nombreux magasins franchisés Circle K au Viêtnam, au Cambodge, en Indonésie et en Mongolie, mais elle n’exploitait pas directement des établissements dans ce coin de la planète. Brian Hannasch affirme vouloir percer les marchés de la Chine, de la Thaïlande et du Laos, en plus de renforcer leur présence dans les marchés actuels.

Une analyse de Desjardins Capital voit la transaction d’un bon œil, non pas pour son impact financier, mais pour son importance stratégique. « Nous nous attendons à ce qu’Alimentation Couche-Tard se serve de Circle K HK pour aller chercher un accès à de nouvelles opportunités dans la région de l’Asie Pacifique », expliquent les analystes Chris Li et Jim Huang.

Les marchés accueillent aussi favorablement la nouvelle puisque la valeur de l’action d’Alimentation Couche-Tard (ATD-B) a grimpé de 5,5 % jeudi à la bourse de Toronto.

La transaction confirme un changement d’orientation des activités de Couche-Tard vers des magasins dans les centres-villes. « C’est une formule qui permet d’ouvrir des magasins plus rapidement », précise M. Bouchard. Alors que les délais varient entre deux et cinq ans pour un projet de construction en banlieue ou en bordure d’autoroute, ouvrir une nouvelle succursale dans un local existant en ville ne prend que quelques mois.

Cette nouvelle stratégie est renforcée par une éventuelle baisse des prix des locaux commerciaux dans les centres-villes, que ce soit en Amérique du Nord ou en Asie. « Si nous voyons les bons coins de rue se libérer, nous en profiterons. Le contexte est malheureux, mais si nous arrivons à remplir l’espace et offrir des services à nos clients, c’est une opportunité pour nous » affirme M. Hannasch.

Contexte politique chargé

Malgré le contexte politique chargé et les relations tendues entre le Canada et la Chine, M. Bouchard est « très à l’aise » de s’installer à Hong Kong. « On a fait pas mal de travail depuis un an, notamment avec les autorités canadiennes et la maison du Québec en Asie », précise-t-il.

« Même s’il y a eu beaucoup de manifestations politiques, les magasins ont performé très bien avec une croissance de 5,9 % l’an dernier et de 5,7 % cette année. Les dépanneurs ont aussi l’étiquette de bien performer dans des situations économiques difficiles », renchérit Claude Tessier, chef de la direction financière.

Pas de nouveaux pourparlers avec Ampol

Même si la compagnie souhaite encore percer le marché australien, M. Hannasch affirme que les pourparlers n’ont pas repris avec Ampol (anciennement Caltex) au sujet d’une nouvelle offre d’achat pour acquérir ses 2000 stations-service.

Caltex avait refusé une première offre d’achat de 7,8 milliards de dollars canadiens en février dernier. Couche-Tard avait ensuite mis son projet d’acquisition sur la glace en avril dernier à cause du contexte difficile accompagnant la pandémie mondiale.

Objectif : doubler de taille d’ici 2023

Couche-Tard prévoit toujours doubler de taille d’ici 2023, selon son PDG M. Hannasch. Une partie de cette croissance devra être organique, mais le reste devra se faire par des acquisitions. « Ça en prendra, mais on ne pressera pas cette portion du plan, précise M. Bouchard. Il y a quelque chose en préparation. Je ne sais pas quand, mais je suis très confiant. »