(Calgary) Husky Energy a affiché jeudi une perte nette de 304 millions pour son deuxième trimestre, ses revenus ayant plongé de plus de 55 %.

La Presse canadienne

Le producteur pétrolier de Calgary a précisé que sa perte par action atteignait 31 cents pour le trimestre clos le 30 juin, comparativement à un bénéfice net de 36 cents par action, ou 370 millions, un an plus tôt.

Les revenus se sont établis à 2,38 milliards, en baisse par rapport à ceux de 5,24 milliards du deuxième trimestre de 2019.

Les analystes s’attendaient en moyenne à ce que Husky réalise une perte de 39 cents par action, à partir de revenus de 2,73 milliards, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Les fonds tirés des activités se sont chiffrés à 18 millions, ou 2 cents par action, alors qu’ils avaient été de 802 millions, ou 80 cents par action, un an plus tôt. Les dépenses en immobilisations ont été de 310 millions.

La production totale a reculé de 7,8 % pour atteindre l’équivalent de 247 000 barils de pétrole par jour, alors qu’elle était de 268 000 barils par jour l’an dernier.

Selon le chef de la direction, Rob Peabody, Husky s’est rapidement ajustée au ralentissement du marché mondial en réduisant ses dépenses en immobilisations et ses coûts.