(New York) Wells Fargo a vu son bénéfice net fondre au premier trimestre, ressortant à 653 millions de dollars au premier trimestre, la banque américaine ayant mis des milliards de dollars de côté en anticipation d’une flambée des défauts de paiements des clients affectés par la pandémie de COVID-19.

Agence France-Presse

Au premier trimestre 2019, la firme avait dégagé un bénéfice net de 5,86 milliards de dollars.

Elle a attribué mardi sa déconvenue présente au nouveau coronavirus, qui a mis à l’arrêt l’économie américaine depuis mi-mars.

Les mesures de confinement prises par les autorités pour endiguer la propagation de la maladie ont notamment conduit des milliers de commerces et d’entreprises à baisser le rideau et il n’est pas certain qu’un grand nombre rouvrent quand l’économie va repartir.

Environ 10 millions d’Américains se sont en outre inscrits au chômage lors des deux dernières semaines de mars, ce qui fait craindre une envolée des impayés liés aux crédits à la consommation.

Anticipant les dégâts, Wells Fargo a mis de côté 4 milliards de dollars, en hausse de 3,2 milliards, pour couvrir les futurs défauts de paiements de ses débiteurs.

La firme californienne a aussi dû inscrire dans ses comptes trimestriels une charge de dépréciations d’actifs financiers de 950 millions de dollars.

« Nos résultats ont été affectés par le renforcement de nos réserves de 3,1 milliards de dollars, reflétant l’impact attendu que ces temps sans précédent auront sur nos clients », a souligné le directeur financier John Shrewsberry, cité dans le communiqué.

Wells Fargo a suspendu les saisies des maisons des clients ne pouvant rembourser leur crédit immobilier et a reporté les mensualités de plus de 1,3 million de particuliers et de petites entreprises, affirme l’établissement.