(Yamachiche) L’usine d’abattage et de découpe de porcs d’Olymel, à Yamachiche, en Mauricie, qui a été un foyer d’éclosion de la COVID-19 reprendra mardi ses activités après plus de deux semaines de fermeture.

La Presse canadienne

Toutes les recommandations de la santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec ont été mises en place, a insisté l’entreprise dans un communiqué publié samedi.

« Olymel a mis à profit les 14 jours de fermeture depuis le 29 mars pour implanter un nouveau protocole dont l’objectif premier est de protéger la santé de ses travailleurs et de lutter contre la propagation de la COVID-19 », a précisé le géant canadien de la production, de la transformation et de la distribution des viandes de porc et de volaille.

Au moment de la fermeture, neuf cas d’infection à la COVID-19 avaient été dépistés. Au final, selon Olymel, 101 employés, parmi les près de 1000 qui travaillent à l’usine, ont reçu un diagnostic positif.

Tous les employés de l’usine ont été placés en isolement depuis la fermeture de l’usine. Ceux qui feront l’objet d’un rappel au travail doivent ne présenter aucun symptôme du coronavirus.

La capacité de production de l’usine — qui se situait à 28 000 porcs par semaine — sera ajustée durant le redémarrage. L’entreprise affirme qu’elle souhaite reprendre son rythme de croisière « graduellement selon l’évolution de la situation ».

Olymel dit travailler à « assurer l’écoulement des porcs le plus normalement possible et éviter les solutions de dernier recours comme l’abattage humanitaire ou l’euthanasie à la ferme ».