(New York) La Trump Organization, conglomérat créé par Donald Trump et désormais géré par ses fils, discute actuellement d’un moratoire avec ses créanciers, notamment Deutsche Bank, rapporte le New York Times jeudi.

Agence France-Presse

« Ces jours-ci, tout le monde travaille ensemble », a réagi Eric Trump, vice-président exécutif de la Trump Organization, dans une déclaration transmise à l’AFP. « Les locataires avec les propriétaires, les propriétaires avec les banques. »

« Le monde entier collabore tandis que nous combattons cette épidémie », a ajouté le fils du président qui, avec son frère Donald Jr., a pris les rênes du groupe après l’investiture de leur père.

Selon le New York Times, la Trump Organization aurait pris contact avec Deutsche Bank fin mars pour s’enquérir de la possibilité de repousser certaines échéances de remboursement.

La banque allemande est régulièrement considérée comme le seul établissement financier majeur à avoir continué à prêter de l’argent au conglomérat créé par le président, malgré des dépôts de bilan en série.

La Trump Organization lui doit encore plusieurs centaines de millions de dollars, selon le New York Times.

Le groupe dont l’activité principale est la promotion immobilière a également contacté le comté de Palm Beach pour savoir s’il était possible de suspendre le paiement du loyer du terrain occupé par un établissement de la Trump Organization.

Le Trump International Golf Club, parcours qui comprend 27 trous et un club house, occupe une superficie de plus de 120 hectares.

Les négociations n’ont pour l’instant abouti à aucune modification des conditions financières auxquelles est soumise la Trump Organization.

Comme la plupart des propriétaires et gérants d’installations hôtelières ou de loisirs, la Trump Organization souffre actuellement des restrictions mises en place aux États-Unis pour faire face à la pandémie de coronavirus.