(San Francisco) Xerox a abandonné mardi son offre de 36 milliards de dollars pour racheter le fabricant américain d’ordinateurs personnels et d’imprimantes HP, à cause de la crise économique liée à la pandémie de coronavirus.

Agence France-Presse

« La crise sanitaire mondiale actuelle et la tourmente macroéconomique et financière causée par la COVID-19 ont créé un environnement qui n’est pas propice » à la campagne pour acquérir HP, a justifié le groupe dans un communiqué.

Xerox avait augmenté son offre d’environ 10 % début février pour tenter de convaincre les actionnaires de la cible.

« Même si c’est décevant, nous faisons passer en priorité la santé, la sécurité et le bien-être de nos employés, clients et autres partenaires », a continué l’entreprise.

HP a systématiquement repoussé les avances du géant des photocopieurs et imprimantes, depuis sa première offre en novembre 2019.

Les dirigeants de la société basée en Californie estiment que rien ne permet d’assurer que Xerox arrivera à lever les fonds nécessaires pour financer ses ambitions et que le poids de la dette, trop imposant, pourrait aussi peser sur l’avenir de la nouvelle entité.

Le fabricant d’imprimantes considère en outre que l’offensive était menée par l’investisseur Carl Icahn, qui a des parts dans les deux entreprises.

« Ses intérêts ne sont pas alignés avec ceux des actionnaires de HP », a déclaré la société en janvier. « Étant données les parts que M. Icahn détient chez Xerox, il bénéficierait de façon disproportionnée de cette acquisition à un prix qui sous-évaluerait HP ».

HP réalise un chiffre d’affaires presque six fois plus élevé que Xerox. L’entreprise est née de la scission en 2016 de Hewlett-Packard, qui a séparé la division de biens de consommation (imprimantes et ordinateurs) et celle de cloud pour les entreprises.