La rumeur d’une prochaine transaction majeure d’actifs entre l’entreprise d’ingénierie WSP Global, basée à Montréal, et sa vis-à-vis américaine Aecom, basée à Los Angeles, a refait surface lundi après l’annonce par Aecom de résultats trimestriels un peu inférieurs aux attentes des investisseurs et des analystes.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Pour ce trimestre complété le 31 décembre dernier – le premier de son exercice 2020 –, Aecom affiche des revenus en baisse annualisée de 4 % à 3,23 milliards US. Son bénéfice net s’inscrit aussi en recul de 4 % à seulement 31 millions US, traduisant le redressement de rentabilité encore difficile chez Aecom.

À la Bourse de New York, les investisseurs ont manifesté leur déception en laissant reculer le cours des actions d’Aecom de 1,3 % à 47,60 $ US. Ce recul était à contre-courant d’une séance haussière pour les principaux indices de la Bourse américaine.

Aussi, à 47,60 $ US par action, il s’agit de la valeur boursière pour Aecom la plus basse depuis la mi-janvier, soit quelques jours avant que n’émerge dans la presse d’affaires américaine la rumeur d’une transaction majeure d’actifs avec WSP Global. Au fil de cette rumeur, d’ailleurs, les actions d’Aecom avaient été propulsées jusqu’à leur niveau record de 50 $ US.

Interpellé à ce sujet par des analystes lors de leur téléconférence de résultats trimestriels, lundi, le président du conseil d’administration d’Aecom, Michael S. Burke, s’est contenté de répondre que « nous n’allons pas commenter les spéculations sur les marchés à propos de fusions et acquisitions ».

N’empêche, du point de vue d’analystes, la possibilité d’une combinaison majeure d’actifs entre WSP Global et Aecom demeure une éventualité avantageuse pour les deux entreprises.

« À mon avis, les résultats (trimestriels) d’Aecom supportent l’hypothèse qu’une combinaison avec WSP lui procure un potentiel significatif de rehausser sa marge bénéficiaire, et seulement qu’avec la réduction des coûts d’exploitation », indique notamment l’analyste montréalais Benoit Poirier, chez Desjardins Marchés des capitaux, dans une note envoyée lundi à ses clients-investisseurs.

Quant aux intérêts de WSP Global, ajoute-t-il, « je continue de croire qu’une combinaison avec Aecom lui serait positive pourvu qu’une telle transaction soit adéquatement structurée. »

Entre temps, chez WSP, on décline encore tout commentaire sur ces rumeurs d’une prochaine transaction majeure d’actifs avec Aecom.

Et faute d’annonce spéciale d’ici là, les actionnaires et les autres parties prenantes chez WSP pourraient avoir à patienter jusqu’au 27 février prochain pour en savoir davantage, lors de l’annonce de ses résultats trimestriels de fin d’exercice 2019.

>>> Consultez la cote boursière de WSP

>>> Consultez la cote boursière de Aecom