Le géant chocolatier suisse Barry Callebaut, dont la direction d’usine à Saint-Hyacinthe au Québec vient de régler un conflit de travail avec une majoration salariale de 20 % sur six ans parmi ses 365 employés,   a confirmé mercredi des résultats de fin d’exercice 2019 fortement avantagés par la flambée des cours du cacao et l’expansion de ses affaires en Asie.  

La Presse

Son bénéfice net s’est accru de 3,2 % à 368,7 millions de francs suisses (495 millions CAN) ; sa progression étant freinée par le remboursement anticipé d’un emprunt obligataire. En excluant ce remboursement, le bénéfice s’est accru de 10,4 % sur un an.

Son chiffre d’affaires a grimpé de 5,2 % à 7,3 milliards de francs suisses (9,8 milliards CAN), soutenu par la hausse des cours des fèves de cacao qui ont augmenté en moyenne de 4,5 % durant l’exercice.

La haute-direction de Barry Callebaut a évoqué de « très bons résultats », en soulignant la rentabilité de la croissance.

Le géant chocolatier a enregistré la plus forte hausse de ses ventes en Asie-Pacifique, une zone sur laquelle il compte pour assurer sa croissance face à la lente décélération de la consommation de chocolat sur les marchés mûrs des principales économies développées.

En Asie-Pacifique, la consommation de chocolat grimpe avec l’élévation du niveau de vie et les changements dans les habitudes alimentaires.   D’ailleurs, le groupe suisse a étendu son partenariat avec le groupe indonésien Garudafood et a renforcé son réseau de distribution pour sa division dite « Gourmet & Spécialités » en Chine.  

Dans la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique, les revenus de Barry Callebaut ont crû de 4,7 %, soutenus par ses acquisitions comme l’entreprise russe Inforum, un fabricant de chocolat et de produits de confiserie. Dans la zone des Amériques, les revenus de Barry Callebaut se sont accrus de 8,9 %.

De l’avis d’analystes comme Jean-Philippe Bertschy, chez Vontobel à Zurich,   ces résultats marquent « une nouvelle année robuste pour Barry Callebaut », tout en notant une décélération des volumes de ventes au dernier trimestre.  

En Bourse de Zurich, Barry Callebaut fait partie des valeurs très prisées des investisseurs pour la régularité de sa croissance. Depuis janvier, le titre a gagné plus de 36 %.

Barry Callebaut est un titre « attrayant à long terme », estime pour sa part Andreas von Arx, analyste chez Baader Helvea à Zurich, estimant toutefois que son potentiel d’appréciation est limité au regard de son niveau de valorisation déjà élevé.

— Avec Agence France-Presse