À la suite du vol de données dont il a été victime, qui a touché 2,9 millions de ses membres, le Mouvement Desjardins a formé un groupe de travail qui verra à réunir des universitaires et des experts chargés de trouver les meilleures pratiques à adopter, en s’inspirant notamment d’autres pays.

Lia Lévesque
La Presse canadienne

Le président et chef de la direction de Desjardins, Guy Cormier, en a fait l’annonce, mercredi, devant la Chambre de commerce et d’industrie de Québec.

« Notre plan, c’est de rassembler quelques personnes — des universitaires, des experts en technologies de l’information, des représentants de différents secteurs d’activité concernés par ce sujet », a indiqué M. Cormier, qui évoque une démarche encore embryonnaire d’un petit groupe de travail.

Le groupe d’experts cherchera à trouver comment améliorer la sécurité des données sans trop nuire à leur circulation. Et il verra à identifier les meilleures pratiques en la matière, tant pour les consommateurs que pour les entreprises. Il pourra s’inspirer de ce que font d’autres pays en la matière.

« On vise un petit groupe qui va être capable de poser les bonnes questions aux bonnes personnes, au Québec, au Canada et à l’étranger. Comment ça marche ailleurs ? Comment on peut s’inspirer de certains pays, notamment d’Europe, qui ont des approches très différentes de la nôtre ? » a affirmé M. Cormier.

Le groupe d’experts doit produire un rapport au début de l’année 2020 et il compte bien le rendre public, a-t-il précisé.

À plus long terme

S’il s’agit là de gestes qui seront posés à court terme, M. Cormier veut aussi changer les façons de faire à plus long terme. « On doit viser collectivement, comme objectif ultime, à se donner une véritable identité numérique au Québec et au Canada, comme l’ont fait certains pays qui ont 20 ans d’avance sur nous sur cette question. »

Le président et chef de la direction de Desjardins aimerait que tous se sentent concernés par cette question de la protection des renseignements personnels et qu’on ne laisse pas la poussière retomber, après ce vol de données et l’électrochoc qu’il a donné.

« Si vous avez un téléphone cellulaire, ça vous concerne. Si vous avez des employés que vous payez par virement, ça vous concerne. Si vous gérez des données de vos clients ou des données personnelles, ça vous concerne. Ça concerne tout le monde : les citoyens, les entreprises, les gouvernements, les municipalités, les institutions, les hôpitaux, les universités, les collèges », a-t-il affirmé devant son auditoire de gens d’affaires.

Par ailleurs, il a précisé que malgré ce vol de données dont Desjardins a été victime, il n’avait enregistré aucune hausse du nombre de fraudes.