Cryopeak, un des quatre promoteurs retenus par le gouvernement du Québec pour approvisionner la Côte-Nord en gaz naturel, est prêt à investir jusqu’à 150 millions de dollars pour conquérir ce nouveau marché.

HÉLÈNE BARIL HÉLÈNE BARIL
La Presse

L’entreprise de la Colombie-Britannique s’installera cet automne à Montréal-Est, près des installations de liquéfaction de gaz naturel d’Énergir, qui sera son fournisseur, précise Sylvain Lambert, directeur général pour l’est du Canada.

« Nous visons la Côte-Nord, mais aussi tout le marché industriel », a-t-il précisé lors d’un entretien avec La Presse.

Cryopeak investira d’abord 50 millions pour mettre en service un parc de 75 camions-citernes et remorques pour transporter le gaz naturel liquéfié jusqu’aux clients. L’entreprise utilisera aussi des bi-trains routiers, du jamais-vu encore sur les routes du Québec. Ces bi-trains seront tirés par des camions traditionnels, qui seront remplacés par des véhicules électriques dès qu’un modèle assez puissant arrivera sur le marché, ce qui est prévu pour 2022, selon Sylvain Lambert.

Selon lui, les quatre fournisseurs choisis pour acheminer du gaz naturel aux clients, qui ne sont pas desservis par le gazoduc, se démarqueront par leur solution de transport, puisque le prix du gaz sera le même pour tous.

« On a la recette la plus économique », assure le dirigeant.

Concurrence

À plus long terme, Cryopeak prévoit des investissements supplémentaires de 80 millions pour desservir sa clientèle.

Les trois autres entreprises qui se feront concurrence auprès de la clientèle industrielle sont Avenir LNG, un consortium international qui propose d’utiliser des petits navires méthaniers, et Distributed Gas Solutions Canada (DGSC), qui utilisera des camions-citernes à partir du Saguenay, où se termine le gazoduc d’Énergir.

Il y a aussi Énergir, qui veut utiliser des conteneurs cryogéniques qui seraient transportés par voie maritime jusque sur la Côte-Nord, et ensuite par camions vers les entreprises consommatrices.

Le gouvernement de François Legault a réservé une somme de 70 millions dans son dernier budget pour construire des infrastructures d’accueil pour le gaz naturel liquéfié dans les ports de la Côte-Nord et pour aider les entreprises à convertir leurs procédés à cette source d’énergie plus propre que le mazout. L’objectif est que le gaz soit disponible en 2022.

Depuis des années, les entreprises de la Côte-Nord réclament un accès au gaz naturel pour réduire leurs coûts et améliorer leur bilan énergétique. La construction d’un gazoduc a été envisagée et abandonnée, parce que jugée trop coûteuse.

Le Québec consomme aujourd’hui 200 milliards de pieds cubes de gaz naturel. Le marché additionnel visé par Cryopeak et les autres est estimé à au moins 5 milliards de pieds cubes.