Le fabricant d'électroménagers suédois Electrolux a publié vendredi des résultats meilleurs qu'attendu au troisième trimestre, tirés par une hausse des ventes en Amérique du Nord et en Europe.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Si des éléments exceptionnels ont entraîné une perte nette de 229 millions de couronnes (31 millions d'euros) contre un bénéfice de 2,1 milliards il y a un an, le résultat d'exploitation a progressé de 8,1 %, à 1,5 milliard. Selon Bloomberg, les analystes tablaient sur un recul, à 1,2 milliard.

L'Amérique du Nord a largement contribué à cette heureuse surprise avec un résultat opérationnel en hausse de 43 % ainsi, dans une moindre mesure, que la zone Europe, Moyen-Orient, Afrique (+25 %).

À elles deux, ces régions concentrent les deux tiers des ventes globales du groupe qui a vu son chiffre d'affaires gonfler de 9 %, à 31,3 milliards de couronnes.

Alors que les autres régions font grise mine, ces deux moteurs devraient continuer de tourner à plein régime: pour l'ensemble de l'année, le directeur général Keith McLoughlin dit s'attendre à une hausse de la demande vigoureuse en Amérique du Nord (+4 à 6 %) tandis qu'en Europe, elle devrait progresser de 1 à 2 % malgré une conjoncture défavorable en Russie et en Ukraine.

Sur le continent nord-américain, Electrolux n'abandonne pas ses visées sur le gros électroménager de General Electric (GE), une acquisition à 3,3 milliards de dollars qui le hisserait au niveau du leader Whirlpool, mais que les autorités américaines cherchent à bloquer, redoutant la formation d'un duopole dans les gazinières et les plaques de cuisson.

Alors que le département de la Justice (DoJ) a décidé de saisir les tribunaux pour faire valider cette décision de blocage et qu'un procès doit démarrer le 9 novembre, le groupe «continue à explorer la possibilité d'un compromis raisonnable» tout en se préparant à faire valoir sa cause devant les juges, a dit M. McLoughlin.

«Nous sommes confiants dans le bien-fondé de notre position», a ajouté le dirigeant, cité dans un communiqué.

En milieu de journée, l'action grignotait 0,7 % à la Bourse de Stockholm en ligne avec le marché.