La société qui publie le National Post et d'autres grands quotidiens canadiens a réduit sa perte d'exploitation au quatrième trimestre, mais cela a été plus que contrebalancé par l'impact d'un plus faible dollar canadien.

LA PRESSE CANADIENNE

Postmedia Network Canada a affiché une perte nette de 54,1 millions de dollars pour le trimestre clos le 31 août, comparativement à une perte nette de 49,8 millions $ pour la même période l'an dernier.

Cette augmentation de la perte nette était attribuable à des pertes hors trésorerie sur des produits financiers dérivés et au taux de change, deux éléments associés à la valeur de la dette de Postmedia, libellée en dollars américains.

La perte d'exploitation de Postmedia a cependant été réduite à 5,7 millions $, une diminution de 80 % par rapport à celle de 28,1 millions $ réalisée à la même période en 2014.

La société - qui détient plusieurs dans anciens journaux de Canwest, incluant la Gazette de Montréal, le Ottawa Citizen et le Calgary Herald - a précisé que l'acquisition des journaux de son rival Sun Media l'avait aidé à réduire ses pertes d'exploitation.

Les revenus pour le trimestre ont atteint 230,2 millions $, dont 96,4 millions $ en provenance du groupe Sun. Le total était en hausse de 56,8 millions $ par rapport à l'an dernier, mais il aurait été en baisse de 13 millions $, soit 8,8 %, si cela n'avait été de l'apport de Sun.

Pour l'ensemble de l'exercice 2015, Postmedia a affiché une perte de 263,4 millions $, comparativement à une perte de 107,5 millions $ lors de l'exercice précédent. Les revenus annuels ont avancé à 750,3 millions $, vis-à-vis de ceux de 674,3 millions $ en 2014. En excluant l'acquisition des journaux de Sun, les revenus de Postmedia affichent une baisse de 77,6 millions $, ou 11,5 %.

Les résultats de l'éditeur ont été dévoilés moins de 24 heures après qu'il eut annoncé renoncer aux éditions numériques du soir pour tablette de la Gazette de Montréal, du Ottawa Citizen et du Calgary Herald.

Même si l'entreprise était fière de la qualité graphique des éditions, elle doit cesser l'expérience car elle n'a pu rejoindre un nombre suffisant de lecteurs et d'annonceurs, a expliqué mercredi une porte-parole de l'entreprise, Phyllise Gelfand.

Les utilisateurs seront redirigés vers l'application d'actualité de Postmedia qui a été récemment réorganisée. La nouvelle version fonctionne sur les téléphones intelligents et sur les tablettes.

Postmedia avait lancé une première édition numérique du soir du Citizen en mai 2014, avant de prolonger l'expérience dans d'autres marchés.