Source ID:; App Source:

BlackBerry engrange un profit de 68 millions

Pour la première fois de son histoire, BlackBerry... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Pour la première fois de son histoire, BlackBerry lancera vendredi un téléphone qui ne fonctionne pas sous son propre système d'exploitation, mais plutôt sous celui de Google, Android.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

David Friend
La Presse Canadienne
WATERLOO, Ontario

Le chef de la direction de BlackBerry  (T.BB) , John Chen, a réaffirmé son intention de continuer à fabriquer des téléphones intelligents, même si cela recule dans la liste des priorités du plan de redressement de l'entreprise.

«Je ne veux pas abandonner les activités de matériel», a lancé jeudi M. Chen aux actionnaires, lors de l'assemblée annuelle des actionnaires de BlackBerry à Waterloo, en Ontario.

«Je crois qu'il est toujours possible de faire de l'argent avec cela.»

M. Chen répondait ainsi à certains commentaires d'analystes qui estimaient récemment que la société devrait cesser de fabriquer les appareils comme le BlackBerry Passport et Classic, qui n'ont ni l'un ni l'autre généré d'importantes ventes depuis leur lancement, l'an dernier.

La popularité chancelante des téléphones de BlackBerry était toujours une source de déception dans les résultats financiers de l'entreprise pour le premier trimestre, dévoilés plus tôt mardi.

La société, qui ne comptabilise les revenus tirés des appareils que lorsqu'ils sont vendus aux consommateurs, a enregistré des ventes de 1,1 million d'appareils au cours du trimestre, un chiffre en forte baisse par rapport aux 2,6 millions de téléphones vendus à la même période l'an dernier.

Les revenus des téléphones intelligents se sont chiffrés à environ 263 millions US, comparativement à 379 millions US un an plus tôt.

M. Chen a reconnu que les ventes d'appareils avaient été «un secteur problématique» ces dernières années, mais il a indiqué que de nouveaux appareils seraient lancés plus tard cette année, alors qu'un plan d'affaires plus large misait aussi sur la vente de plus nombreux services logiciels.

«C'est un point d'entrée très important pour la sécurité», a-t-il affirmé.

«Nous avons beaucoup de savoir-faire et de brevets pour au moins entretenir ce rêve.»

Mais certains analystes continuent de croire que BlackBerry doit se sortir la tête des nuages.

Après avoir affiché une nouvelle perte pour son premier trimestre, l'action de l'entreprise a reculé mardi de 44 cents, soit 3,9%, pour clôturer à 10,88 $ à la Bourse de Toronto.

La perte ajustée de 28 millions US, soit 5 cents US par action, était moins bonne que celle attendue par les analystes, qui visaient plutôt une perte par action de 3 cents US, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters.

Les revenus se sont établis à 658 millions US, un chiffre lui aussi inférieur aux attentes de 679 millions $ US des analystes. Les revenus totaux étaient en baisse par rapport à ceux de 966 millions US réalisés un an plus tôt, même s'ils étaient relativement stables par rapport à ceux du trimestre précédent, clos le 28 février.

Depuis son arrivée à la tête de BlackBerry, M. Chen tente de remettre la société sur pied en la rendant moins dépendante aux revenus tirés des appareils et en se concentrant davantage sur les activités de logiciels.

La croissance des revenus des logiciels à 137 millions US - soit environ le cinquième des revenus totaux pour le trimestre clos le 30 mai - semble éclipser certains des problèmes connus par les activités de matériel de BlackBerry.

Dans une annonce distincte, BlackBerry a annoncé mardi qu'elle recevrait un droit de licence non précisé de la part du fabricant d'équipement de réseau Cisco pour des brevets dans le cadre d'une entente à long terme. La société n'a pas donné plus de détails à ce sujet.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer