L'intérêt des entrepreneurs montréalais Pierre Karl Péladeau et Eric Boyko pour racheter les actifs de l'entreprise Taxelco était déjà connu. Mais selon M. Boyko, les deux hommes d'affaires ne sont pas les seuls à avoir déposé des offres pour racheter les actifs de la société-mère de Téo Taxi et Taxi Diamond.

Mis à jour le 5 mars 2019
SIMON-OLIVIER LORANGe LA PRESSE

M. Boyko, PDG et fondateur de la plateforme musicale Stingray, estime qu'« une dizaine de groupes » sont intéressées par Taxelco. Le cabinet Richter, qui supervise le processus de restructuration de l'entreprise, ne nous a pas encore rappelés à ce sujet. La date limite pour le dépôt des offres d'achat était fixée à ce lundi 4 mars.

Eric Boyko ne souhaite pas ressusciter le service de voitures électriques qui a causé la perte de Téo Taxi. C'est plutôt la portion de taxis traditionnels qu'il a dans sa ligne de mire.

« Les gens ne le réalisent peut-être pas, mais c'est une business extrêmement rentable », nous a dit M. Boyko en entrevue téléphonique.

« On n'achète pas les taxis », souligne-t-il, « mais le service d'impartition », qui génère des revenus grâce aux redevances perçues sur les transactions et celles versées mensuellement par les quelque 1400 chauffeurs-membres. En découlerait selon lui un bénéfice d'exploitation annuel de 4 millions de dollars.

M. Boyko et son frère Peter possèdent et exploitent depuis une vingtaine d'années l'entreprise de transports de marchandises Logistique Trans-Pro. Selon Eric Boyko, l'acquisition de Taxelco serait donc « un bon fit ».

Le Journal de Montréal écrivait ce matin que Pierre Karl Péladeau, qui a lui aussi déposé une offre d'achat, souhaite pour sa part « relancer le service de transport par véhicules électriques Téo Taxi ». L'initiative de M. Péladeau est personnelle et n'a pas de lien avec Québecor, entreprise qu'il dirige.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Eric Boyko

Il y a un mois, Taxelco s'est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. La dette de Téo Taxi totalisait environ 25 millions de dollars à ce moment.

« Les mêmes règles »

La semaine dernière, à la suite d'un entretien avec le ministre des Transports, François Bonnardel, M. Péladeau a déclaré qu'il faudrait « un environnement où tout le monde va être traité équitablement, avec les mêmes règles » dans l'industrie du taxi pour que Téo puisse être redémarré avec succès.

« C'est ce qui a manqué et c'est une des raisons pourquoi Téo a échoué », avait-il ajouté.

Plusieurs acteurs du milieu, dont des regroupements de l'industrie du taxi, ont aussi réclamé, après la chute de Téo Taxi, que le cadre réglementaire des transporteurs soit modernisé et qu'il s'applique uniformément à tous, y compris Uber.

L'aventure Téo Taxi n'aura duré qu'un peu plus de trois ans. Le fondateur de la compagnie, Alexandre Taillefer, avait affirmé son souhait de voir les actifs de Téo Taxi récupérés, bien que son modèle d'affaires n'ait pas fonctionné. Dans une lettre adressée au premier ministre François Legault, il proposait que les bornes de recharge soient offertes à Hydro-Québec et qu'Investissement Québec puisse prendre le contrôle des logiciels utilisés par Téo Taxi.

Taxelco possédait dans ses trois filiales un peu plus de 30 % des permis de taxi de la ville de Montréal, dont 5 % détenus par le service de taxi électrique. Quelque 400 chauffeurs se sont retrouvés au chômage lorsque Téo Taxi a fermé boutique.

- Avec Marissa Groguhé et La Presse canadienne

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Pierre Karl Péladeau